Neuf États américains pourraient bientôt rejoindre le marché du carbone auquel participent le Québec, l'Ontario et la Californie. C'est le souhait émis jeudi par le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo.

Martin Croteau LA PRESSE

Dans un communiqué émis jeudi, le gouverneur a annoncé son intention de convaincre ses partenaires du Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) de rejoindre le marché du carbone auquel participe le Québec.

« Connecter ces marchés serait plus économique et stable, ce qui soutiendrait l'énergie propre et encouragerait la réduction des émissions de carbone internationales, a indiqué le gouverneur dans un communiqué. L'État de New York va également engager le dialogue avec d'autres États et provinces pour élargir le marché du carbone et alimenter la discussion internationale des gouvernements sur les émissions de carbone. »

Le gouverneur décrit le marché du carbone comme un « puissant outil » pour réduire des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Si la fusion se confirme, 12 États et provinces participeront au marché du carbone.

En plus de l'État de New York, le RGGI regroupe le Connecticut, le Delaware, le Maine, le Maryland, le Massachusetts, le New Hampshire, le Rhode Island et le Vermont.

Le marché du carbone est un système de plafonnement et d'échange des droits de polluer pour les grandes entreprises. Le gouvernement impose des limites aux émissions de GES. Les compagnies peuvent échanger des droits de polluer, ce qui les encourage à devenir plus propres.