Source ID:; App Source:

La Caisse confortable avec la cimenterie de Port-Daniel et la famille Rémillard

Le projet d'une nouvelle cimenterie de 1 milliard... (Photo La Presse)

Agrandir

Le projet d'une nouvelle cimenterie de 1 milliard est critiqué par l'industrie du ciment et ses employés qui craignent que sa mise en exploitation ne provoque qu'un déplacement des emplois des usines existantes vers la Gaspésie.

Photo La Presse

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) Michael Sabia est plus que jamais convaincu du bien-fondé d'investir 100 millions pour la construction d'une nouvelle cimenterie à Port-Daniel, en Gaspésie.

«Nous sommes convaincus de la qualité de ce projet », avance M. Sabia, sans aucune hésitation. J'aime le projet de façon stratégique parce qu'il contribue à l'amélioration de la performance des exportations du Québec, ce qui est essentiel pour accélérer la croissance économique », a-t-il poursuivi, après avoir insisté pour dire que le rendement sera également au rendez-vous. 

Le projet d'une nouvelle cimenterie de 1 milliard est critiqué par l'industrie du ciment et ses employés qui craignent que sa mise en exploitation ne provoque qu'un déplacement des emplois des usines existantes vers la Gaspésie. 

Par ailleurs, M. Sabia a été prié d'expliquer pourquoi la Caisse considérait d'acquérir 15 % du capital-actions de V Média, appartenant à la famille Rémillard, dans le cadre de l'acquisition des canaux spécialisés MusiMax et MusiquePlu, deux stations en déclin.

La Caisse n'a pourtant pas eu la main heureuse avec son investissement dans Québecor média, propriétaire de TVA et un concurrent direct de V Télé.

« La chose qui est intéressante dans une telle transaction, c'est l'occasion de faciliter la croissance d'une société québécoise», a répondu M. Sabia.

Les Rémilliard ne manquent pourtant pas d'argent. Lucien Rémillard, père du PDG de V Média, Maxime, procède depuis quelques années à la vente ordonnée de ses actifs au Québec. En 2013, il a vendu sa compagnie de collecte des ordures pour environ 300 millions. Lucien Rémillard a aussi eu des démêlés avec le fisc québécois en 2009 après une transaction impliquant une de leurs fiducies, enregistrée à la Bardade, un paradis fiscal.

«Nos équipes font preuve de beaucoup de rigueur. Tous nos investissements sont étudiés. Si nos équipes sont à l'aise, oui, nous sommes à l'aise à travailler avec les Rémillard », a répondu le patron de la Caisse de dépôt.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer