La direction du plus important lieu de grands événements à Montréal, le Palais des congrès, craint que les manifestations qui perdurent au centre-ville nuisent bientôt à ses efforts pour attirer de grands congrès de l'extérieur dans la métropole.

Martin Vallières LA PRESSE

Et si elle se produisait, une telle nuisance au marketing international de Montréal comme ville de congrès pourrait provoquer des pertes de millions de dollars en revenus pour tout le secteur touristique pour des années à venir.

«Il faut que ces perturbations cessent très bientôt. Sinon, ça pourrait rapidement devenir problématique pour notre démarchage auprès de clients potentiels qui décident ces temps-ci du lieu de leur futur congrès», explique Chrystine Loriaux, directrice du marketing et des communications au Palais des congrès.

«Pour le moment, nos gens qui rencontrent des clients potentiels - en Allemagne ces jours-ci - ne rapportent pas de questions particulières à propos des manifestations à Montréal. Mais on croise les doigts, dit Mme Loriaux. De telles questions sur la paix sociale, nous n'en voulons pas! Nous avons déjà beaucoup d'autres éléments à négocier et à faire valoir pour solliciter des congrès de l'extérieur à Montréal.»

Par ailleurs, explique Chrystine Loriaux, si Montréal devait perdre ces jours-ci la tenue de futurs congrès d'importance, l'impact économique de ces pertes risque de se faire sentir dans trois ou quatre ans.

C'est le délai habituel entre le choix d'une ville-hôte par des organisateurs d'un congrès d'envergure et la tenue de l'événement.

Par exemple, c'est cette année que le Palais des congrès se ressent le plus d'une disette de congrès d'origine américaine parce que leur tenue avait été changée ou annulée il y a quatre ans, lors du krach financier et de la sévère récession aux États-Unis.

Quant à l'impact immédiat d'un congrès d'importance sur l'économie de Montréal, la direction du Palais des congrès fait état de montants qui se comptabilisent en millions de dollars.

Un congrès d'envergure international qui attire plus de 3500 participants génère des retombées immédiates d'au moins 8 millions de dollars en moyenne.

Dans le cas d'un congrès d'origine américaine, on fait état de retombées d'au moins 5 millions en moyenne. Et de 2,8 millions pour un congrès d'envergure canadienne.

Entre-temps, les dirigeants du Palais des congrès ont déjà subi malgré eux l'impact immédiat des manifestations d'étudiants et des casseurs qui s'y infiltrent.

Il y a un mois, c'est devant son grand hall d'entrée tout en verre coloré qu'une manifestation contre un colloque d'affaires sur le Plan Nord - auquel participait le premier ministre Charest - a dégénéré en premier affrontement violent avec les policiers.

Plusieurs autres ont suivi depuis au centre-ville de Montréal. Et particulièrement le week-end dernier, après l'adoption de la loi spéciale 78, ce qui a suscité une couverture accrue dans plusieurs grands médias en Amérique du Nord et outremer.