L'alliance des syndicats de la construction n'a pas l'intention de déclencher une grève pour l'instant; elle attend cependant un signal favorable des associations d'employeurs concernées pour reprendre la négociation.

Lia Lévesque LA PRESSE CANADIENNE

Entre-temps, l'alliance a brossé un tableau de l'état des négociations à ses 300 représentants syndicaux et se dit prête à fourbir ses armes, s'il le faut.

L'alliance, qui regroupe exceptionnellement cette fois-ci toutes les grandes organisations syndicales de la construction, s'impatiente devant les négociations qui n'avancent pas aussi vite qu'elle le souhaiterait, dans certains secteurs.

La négociation dans le secteur industriel, par exemple, ne va pas du tout, a rapporté en entrevue le porte-parole de l'alliance, Donald Fortin.

Dans le secteur résidentiel, le blocage demeure sur les conditions de travail différentes pour les ouvriers qui travaillent dans le résidentiel dit léger et le résidentiel lourd.

Pourtant, dans le secteur du génie civil et de la voirie, une entente de principe est même intervenue, a souligné M. Fortin.

Le secteur commercial et institutionnel, quant à lui, a marqué des progrès, mais est à la remorque du secteur industriel.

Les conventions collectives dans l'industrie de la construction sont arrivées à échéance le 30 avril.