L-3 MAS a effectué une nouvelle percée en Australie en remportant un contrat de 70 millions de dollars pour la maintenance des chasseurs F-18 de la Royal Australian Air force (RAAF).

Marie Tison
Marie Tison LA PRESSE

L'entreprise de Mirabel s'est alliée avec BAE Systems Australia pour obtenir ce contrat, qui était auparavant exécuté par Boeing.

«Pour une entreprise canadienne, de pouvoir faire ça en partenariat en Australie, c'est assez exceptionnel, a commenté le président de L-3 MAS, Sylvain Bédard, en entrevue téléphonique avec La Presse Affaires. C'est une reconnaissance de l'expertise du Canada sur le F-18.»

Il a rappelé que, lorsque le Canada avait fait l'acquisition de ses chasseurs CF-18, il avait également acquis la propriété intellectuelle liée à ces appareils. «Ça a permis à une entreprise canadienne comme L-3 MAS de développer l'ingénierie nécessaire pour supporter la flotte canadienne, a-t-il raconté. C'est cette ingénierie qui est exportable aujourd'hui.»

Après avoir remporté d'importants contrats pour remettre à neuf les CF-18 canadiens, L-3 MAS a remporté en 2008 un gros contrat de 106 millions pour remplacer le tronçon central de huit chasseurs F-18 australiens, un travail qui se fait à Mirabel.

Le contrat annoncé hier portera sur l'entretien de ces appareils en Australie même. BAE, déjà installée là-bas, fournira les employés qui travailleront sur les avions, alors que L-3 MAS fournira un soutien technique et la gestion de projet.

Le contrat de 70 millions, étalé sur quatre ans, sera partagé à parts égales entre les deux partenaires. Il est assorti d'options qui pourraient faire passer sa valeur à 130 millions.

Cette nouvelle étape dans la relation entre L-3 MAS et RAAF pourrait aider l'entreprise de Mirabel à décrocher de nouveaux contrats pour une remise à neuf plus profonde des F-18 australiens, a indiqué M. Bédard.