La période actuelle de détérioration des conditions économiques a occasionné une baisse des commandes de GLV (t.glv) et freiné la croissance des revenus.

Mis à jour le 12 févr. 2009
André Simard
André Simard LA PRESSE

GLV a annoncé jeudi une baisse de 54,7% de son bénéfice net au troisième trimestre terminé le 31 décembre 2008. Il s'est chiffré à 464 000$ comparativement au bénéfice d'un million dégagé l'an dernier.

Le bénéfice par action a aussi baissé de 50% à 2 cents par action.

Cette chute du bénéfice net s'explique par des frais de restructuration de 3,8 millions et une dépense spéciale de 1,9 millions pour créances douteuses dans un contexte difficile pour l'industrie des pâtes et papiers.

Hors eléments exceptionnels, le BAAIA normalisé s'est élèvé à 8,0 M$, affichant une hausse de 9,5 %, principalement attribuable au Groupe Traitement des Eaux.

Les ventes se sont élevées à 154 millions, en hausse de 11,8 % par rapport aux 138 millions du même trimestre de l'année précédente.

Pour l'exercice 2009, la direction de GLV maintient prudemment l'objectif de ventes se situant entre 570 M$ et 600 M$, tel qu'énoncé en juin 2008.

Le PDG Laurent Verreault a décidé de réduire son salaire annuel de base à 1,00 $ pour l'exercice 2010 et de renoncer aux prestations de retraite futures telles que prévues à son contrat de travail, en guise d'appui aux efforts de rationalisation de son entreprise en ces moments d'incertitude économique.

Les autres membres de la haute direction ont accepté un gel salarial pour la même période.

GLV est spécialisée dans les solutions technologiques destinées au traitement des eaux et à la production de pâtes et papiers.

Vers 11h40, le titre de GLV était stable à 7,40$ à la Bourse de Toronto.

Avec La Presse Canadienne