L'excédent commercial du Japon a bondi de 66,5% en juin sur un an, à 721,4 milliards de yens (5,5 milliards d'euros), dépassant les estimations des économistes interrogés par l'agence Bloomberg.

AGENCE FRANCE-PRESSE

En mai, le Japon avait déploré un déficit à cause de la hausse de la facture énergétique, mais le mois dernier une progression de 6,7% des exportations, grâce aux voitures et semi-conducteurs notamment, a permis de redresser la barre alors que les importations n'ont parallèlement augmenté que de 2,5% sur un an.

Les expéditions de marchandises depuis l'archipel en juin se sont élevées à 7052,4 milliards de yens, tandis que les arrivages au Japon se sont établis à 6331 milliards.

L'excédent vis-à-vis des États-Unis a à peine augmenté (+0,5% sur un an), à 590 milliards de yens. Le fait que le Japon creuse l'écart avec ses exportations tend à susciter l'ire du président américain Donald Trump qui, avant même d'être élu, tirait déjà à boulets rouges sur le Japon (entre autres) réclamant un meilleur équilibre commercial.

Depuis, il a lancé, surtout envers la Chine, une guerre commerciale. Le Japon, pourtant principal allié des États-Unis en Asie, n'est pas épargné puisque l'acier et l'aluminium nippons sont l'objet de taxes douanières plus élevées et le secteur automobile également menacé.

Cependant, en juin, les exportations de voitures du Japon vers les États-Unis ont baissé en valeur de 12% et celles des équipements pour la fabrication de semi-conducteurs de 40,2%.

Le Japon a aussi dégagé un petit excédent commercial vis-à-vis de l'Union Européenne, grâce à la vente de navires et d'équipements pour l'industrie électronique, alors qu'un déficit avait été constaté en mai.

L'UE est censée devenir un plus important partenaire commercial du Japon grâce à un vaste accord de libre-échange signé cette semaine et qui devrait entrer en vigueur en 2019 si les Parlements européen et japonais le ratifient aussi rapidement que souhaité.

Vis-à-vis de l'Asie, l'excédent a bondi de 46% grâce à de plus importantes exportations de pièces de voitures et de semi-conducteurs, le déficit avec la Chine ayant dans le même temps été réduit de 68%, là aussi du fait d'expéditions de composants électroniques et d'équipements pour les fabriquer.

La santé de l'économie japonaise est très liée à celle de son commerce extérieur, lequel se porte plutôt bien depuis des mois mais pourrait souffrir si le président américain mettait effectivement en oeuvre toutes ses menaces protectionnistes.