Source ID:; App Source:

L'euro à un creux en près de 12 ans

La prudence était de plus toujours de mise... (Photo Michael Probst, archives AP)

Agrandir

La prudence était de plus toujours de mise en zone euro alors que les cambistes scrutent la situation en Grèce.

Photo Michael Probst, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

L'euro accentuait sa baisse face au dollar mardi, tombant à des plus bas en près de douze ans, ployant sous les inquiétudes persistantes sur l'économie de la zone euro tandis que le dollar américain profitait d'un regain de spéculation sur un resserrement monétaire anticipé aux États-Unis.

Vers 10h05, la monnaie unique européenne valait 1,0756$US, contre 1,0853$US lundi soir. L'euro est tombé mardi à 1,0723 dollar, son niveau le plus faible depuis mi-avril 2003.

La devise européenne baissait face à la monnaie nippone, à 130,22 yens - tombant même à 129,97$US, son niveau le plus faible depuis début septembre 2013 - contre 131,55 yens lundi.

Le dollar repartait en légère baisse face à la devise japonaise, à 121,07 yens - après être monté en cours d'échanges asiatiques à 122,03 yens, son niveau le plus fort depuis fin juillet 2007 - contre 121,21 yens la veille.

«La tendance haussière à court terme du dollar a été renforcée par les chiffres meilleurs qu'attendu de l'emploi aux États-Unis (publiés vendredi dernier) qui ont alimenté les spéculations sur le fait que la Fed (Réserve fédérale américaine) va relever ses taux à partir du milieu de cette année», commentait Lee Halpenny, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi.

Le dollar avait subi lundi quelques prises de bénéfices après le bond de la fin de semaine, mais se trouvait de nouveau prisé mardi par des investisseurs en quête d'achats à bon compte et pariant sur un resserrement monétaire anticipé de la Fed.

Une telle action de la banque centrale américaine rendrait le dollar plus rémunérateur et donc plus attrayant pour les investisseurs.

En outre, le président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, a averti lundi que si la hausse des taux d'intérêt était retardée, la première économie mondiale risquait la récession.

De son côté, l'euro était lesté par le lancement lundi du vaste programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE), des injections de liquidités dont le but est de tenter de relancer les prix et soutenir l'économie, mais ont pour effet collatéral de diluer la valeur de la monnaie unique.

La BCE va racheter, à hauteur de 60 milliards d'euros par mois, quelque 1140 milliards d'euros d'actifs, dont de la dette souveraine, et ce au moins jusqu'à fin septembre 2016. Mais le président de la BCE, Mario Draghi a réaffirmé jeudi qu'il pourrait se poursuivre au-delà de cette date, tant que l'inflation ne sera pas clairement en route vers l'objectif de 2%, fixé par la BCE.

Il y a une semaine, l'euro valait environ 1,12$US. Depuis, il a chuté, s'installant sous le seuil de 1,10$US en fin de semaine dernière, plombé par un cocktail de détails sur les rachats d'actifs de la BCE et de données américaines ayant renforcé le dollar.

La prudence était de plus toujours de mise en zone euro alors que les cambistes scrutent la situation en Grèce, où le gouvernement, dominé depuis janvier par la gauche radicale, s'est félicité du résultat «positif» d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) à Bruxelles et a annoncé que les discussions techniques sur les réformes envisagées commenceront mercredi.

Ces déclarations ont un peu rassuré les marchés, alors qu'Athènes avait évoqué dimanche la possibilité de nouvelles élections, voire d'un référendum sur un accord sur la dette.

Vers 10h05, la livre britannique progressait face à la monnaie unique européenne, à 71,31 pence pour un euro - atteignant même 71,22 pence plus tôt ce matin, son niveau le plus fort depuis mi-décembre 2007 - mais baissait face au billet vert, à 1,5080$US pour une livre.

La devise suisse baissait face à l'euro, à 1,0712 franc pour un euro, comme face au billet vert, à 0,9970 franc pour un dollar, son niveau le plus faible depuis le 15 janvier, date à laquelle la devise suisse était montée à un sommet en trois ans et demi face au billet vert.

La devise chinoise a terminé à 6,2619 yuans pour un dollar, contre 6,2646 yuans la veille.

L'once d'or a fini à 1161$US au fixage du matin - après être tombée vers à 1155,08$US, son niveau le plus faible en trois mois et demi - contre 1168,50$US lundi soir.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer