Source ID:; App Source:

La plus grosse banque chinoise bannit le bitcoin

Le bitcoin peut être stocké dans des portefeuilles... (PHOTO JIM URQUHART, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le bitcoin peut être stocké dans des portefeuilles électroniques et échangé de gré à gré via des plateformes sur internet contre des devises réelles, sans passer par le système bancaire, garantissant l'anonymat des transactions.

PHOTO JIM URQUHART, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Shangai

ICBC, plus grosse banque de Chine, interdit depuis jeudi à ses clients d'utiliser leurs comptes pour réaliser des transactions sur le bitcoin, imitant une dizaine d'autres établissements chinois alors que Pékin durcit ses mesures contre la monnaie virtuelle.

«À partir de cette date, il sera interdit aux institutions et particuliers d'utiliser leurs comptes enregistrés dans notre banque pour déposer, retirer (...) ou transférer des fonds destinés au négoce de bitcoins ou de litecoins», a indiqué ICBC dans un communiqué.

Le litecoin est une autre monnaie électronique créée avec l'ambition de reproduire le succès planétaire du bitcoin - devise virtuelle inventée en 2009 et émise à partir de codes informatiques complexes.

Le bitcoin peut être stocké dans des portefeuilles électroniques et échangé de gré à gré via des plateformes sur internet contre des devises réelles, sans passer par le système bancaire, garantissant l'anonymat des transactions.

Cette interdiction est destinée à «protéger les droits de propriété et les intérêts du public, empêcher le blanchiment d'argent, tout en protégeant le statut du renminbi (autre nom du yuan) comme monnaie légale», a expliqué ICBC.

La banque menace de suspendre ou de fermer les comptes des clients qui ne respecteraient pas ces nouvelles règles.

De leur côté, les cinq principales plateformes d'échanges de bitcoins sur l'internet chinois se sont engagées à faire preuve d'«autodiscipline» --notamment en repérant les transactions suspectes, en prévenant tout blanchiment d'argent et en suspendant des opérations à risque comme les ventes à découvert--, selon une déclaration conjointe publiée mardi.

Nerveuses face à l'envolée des transactions en bitcoins, les autorités chinoises --qui exercent un contrôle très étroit sur la convertibilité du yuan et les flux de devises-- ont fortement durci leur attitude ces derniers mois.

La banque centrale chinoise (PBOC), qui avait qualifié le bitcoin d'«outil de spéculation», a ainsi envoyé le mois dernier des instructions aux établissements financiers et plateformes de paiement pour «couper l'approvisionnement en capitaux du marché du bitcoin», a rapporté le journal Nanfang Dushi Bao.

Depuis, au moins 11 banques ont annoncé qu'elles suspendaient tous services associés au bitcoin. Parmi elles, le quatre mastodontes du secteur: ICBC, Bank of China, China Construction Bank et Agricultural Bank of China.

La monnaie électronique avait été auparavant bannie des populaires sites de commerce en ligne.

Ce nouveau durcissement a sévèrement pénalisé la valeur des bitcoins échangés sur les plateformes chinoises, qui a chuté de 11% depuis le 25 avril - date où les premières mesures de restrictions ont été annoncées par des banques.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer