Source ID:; App Source:
Exclusif

Le Cirque du Soleil abolit son service scolaire

Dans les caravanes du Cirque du Soleil à... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Dans les caravanes du Cirque du Soleil à travers le monde, près d'une trentaine d'enfants qui suivent leurs parents et des artistes d'âge scolaire profitent du service d'école.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Les artistes d'âge scolaire et les enfants qui suivent leurs parents dans les tournées du Cirque du Soleil cesseront d'avoir accès à des cours de mathématiques et de géographie. Afin de réduire ses coûts, le cirque abolira son service d'école l'été prochain. Une décision qui provoquera le départ d'artistes, croient les professeurs.

Dans les caravanes du Cirque du Soleil à travers le monde, près d'une trentaine d'enfants profitent du service d'école. Une douzaine de professeurs, en plus du personnel de soutien au siège social à Montréal (3 personnes), veillent à leur éducation, selon nos informations.

Il n'a pas été possible de connaître les coûts annuels du service d'école. Mais ils seraient importants. «Ça peut sembler minuscule, mais ce n'est pas rien. Ce n'est pas une petite économie. Et puis, on était sûrement la seule organisation au monde à offrir ça», a indiqué à La Presse Affaires la porte-parole du Cirque du Soleil, Renée-Claude Ménard. La décision a été prise à la suite d'un «exercice d'efficience effectué ces 18 derniers mois», a-t-elle insisté.

Le service d'école est offert dans les tournées sous chapiteaux. L'équipe s'installe alors dans une ville pendant six ou sept semaines. À l'heure actuelle, on en dénombre cinq (Amulula, Corteo, Kooza, Ovo et Totem). Il n'y a pas d'école dans les tournées en aréna puisqu'elles ne s'arrêtent que quelques jours dans une ville avant de repartir. La formule n'est pas adaptée pour les voyages en famille. Les enfants des artisans de Love, à Las Vegas, ont aussi accès à des cours.

Départs d'artistes?

Selon des professeurs, la fin des classes provoquera assurément le départ d'artistes qui ne veulent pas se séparer de leurs enfants ou leur faire subir l'école à distance. «Nous allons voir lors du renouvellement des contrats en mai/juin quelle sera [l'ampleur de] l'hémorragie», nous a dit un professeur qui calcule que 10% des artistes de sa tournée partiront.

À son avis, le Cirque du Soleil craint lui aussi les départs puisqu'il a décidé de maintenir le service scolaire sur le nouveau spectacle Kurios, tel que prévu dans les contrats signés avant que la décision soit prise. Renée-Claude Ménard nie cette vision des choses. «On l'a maintenu car il y a, dans le spectacle, plusieurs artistes qui sont avec nous depuis longtemps et qui ont des enfants. Vu que le spectacle n'est pas commencé, on leur a donné une année de plus pour s'organiser.» Les artistes des autres productions ont eu 18 mois pour décider de leur avenir.

Elle soutient que la décision «n'a pas un impact énorme sur la rétention [de notre personnel]». Car les artistes, dit-elle, auront notamment la possibilité de travailler pour des spectacles permanents (fixes dans une ville) si leurs habiletés sont requises. Aucun employé n'aurait annoncé son intention de partir, affirme le Cirque.

«Plein d'autres» coupes

Il y a 14 mois, le Cirque du Soleil avait annoncé la suppression de 400 emplois à son siège social. L'entreprise avait alors admis ne pas être rentable, notamment parce qu'elle avait mal géré ses coûts. Niant alors être «en crise», l'organisation a «tout regardé, jusqu'à la gestion des poubelles», confie Renée-Claude Ménard, pour trouver des moyens d'économiser.

Résultat de cet «exercice en profondeur» touchant autant le siège social que Las Vegas et les tournées: «Il y a eu plein [de coupes], et on a modifié nos façons de faire», rapporte la porte-parole, tout en refusant de donner des exemples puisque «ce n'est pas d'intérêt public».

Le travail n'est pas terminé. Le souci de l'efficience sera désormais constant. «Dès qu'on peut réaliser des économies, on va le faire.»

Moins d'artistes enfants

Le Cirque du Soleil avait commencé à offrir l'enseignement scolaire aux «enfants nomades» en 1992 parce que son spectacle Nouvelle Expérience comptait quatre contorsionnistes mineurs. S'il y a déjà eu beaucoup d'artistes enfants, leur nombre «a beaucoup diminué» avec les années. Étant donné que le Cirque multiplie les destinations et que chaque pays possède sa propre réglementation sur le travail des enfants, «c'est devenu très compliqué à gérer». Cinq jeunes artistes chinois sont actuellement en tournée, mais ils ont leur propre tuteur/accompagnateur.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • La vente du Cirque du Soleil se dessine

    Québec

    La vente du Cirque du Soleil se dessine

    Les candidats au rachat d'une part majoritaire du Cirque du Soleil, groupe canadien du divertissement évalué à deux milliards de dollars, ont jusqu'à... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer