Source ID:; App Source:

Japon: la politique monétaire accommodante maintenue

Le gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko... (PHOTO YUYA SHINO, REUTERS)

Agrandir

Le gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko Kuroda.

PHOTO YUYA SHINO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karyn Poupée
Agence France-Presse
Tokyo

La Banque du Japon (BoJ) a annoncé mardi une prorogation de sa politique monétaire ultra-accommodante visant à combattre la déflation, tout en étendant des dispositions annexes pour encourager la demande intérieure après la publication lundi de chiffres de croissance jugés décevants pour 2013.

Le comité de politique monétaire, réuni durant deux jours, a pris à l'unanimité la décision de continuer à viser une hausse annuelle de la base monétaire de 60-70 000 milliards de yens (642 à 749 milliards de dollars CAN) en achetant des actifs divers, notamment des obligations d'État, a précisé l'institution dans un communiqué.

Les neuf membres du comité de la BoJ ont cependant dans le même temps décidé d'étendre la durée et d'élever le montant de prêts accordés aux institutions financières pour leur faciliter l'octroi de fonds aux entreprises de secteurs jugés essentiels pour la croissance.

Cette décision s'assimile au fait de «mettre de meilleurs pneus sur une voiture pour que son puissant moteur (en l'occurrence l'assouplissement monétaire) donne le meilleur de lui-même», a expliqué le gouverneur Haruhiko Kuroda lors d'une conférence de presse.

Selon lui, il s'agit «d'un message fort» adressé aux institutions financières et aux autres agents économiques.

«Ce n'est pas énorme, mais c'est le premier changement depuis que la banque a mis en oeuvre cette politique monétaire en avril 2013», a souligné Chris Tedder, analyste de Forex.com.

Sont en effet concernés deux plans de financement ciblés à taux bas qui existent depuis plusieurs années afin d'inciter les banques à être plus généreuses.

«Ces programmes étaient en passe d'expirer prochainement», a précisé l'institution. Même s'il ne s'agit pas de mesures nouvelles d'assouplissement, la BoJ a laissé entendre que ce renforcement de dispositions existantes allait dans le même sens.

En théorie, l'extension de ces mécanismes aurait pu attendre un mois de plus, puisqu'une autre réunion du comité de politique monétaire de la BoJ est prévue les 10 et 11 mars. La banque n'a pas précisé si le fait d'anticiper cette échéance était ou non lié à des craintes relatives à des turbulences récentes sur les marchés et à une économie nippone encore fragile.

Elle a cependant dit espérer que ces extensions vont davantage stimuler les banques à répondre favorablement aux demandes de crédits des entreprises et foyers.

La BoJ a également pris la décision de prolonger d'un an les mesures de soutien aux institutions financières de la région du Tohoku dévastée par le tsunami du 11 mars 2011 et toujours convalescente.

Croissance soutenue à bout de bras

La croissance du Japon se poursuit certes, mais à un rythme ralenti. Selon les chiffres publiés lundi, le produit intérieur brut (PIB) du Japon s'est élevé de seulement 1% en rythme annualisé au quatrième trimestre 2013, quatre fois moins qu'au premier.

Or, cette décélération est malvenue alors que le gouvernement de droite de Shinzo Abe s'apprête à augmenter de trois points à 8% la taxe sur la consommation le 1er avril, une hausse qui risque de freiner davantage la demande intérieure puisqu'elle touchera tous les produits et services commerciaux.

«L'économie japonaise devrait continuer sa reprise modérée qui va toutefois s'accélérer avant l'augmentation de la taxe puis ralentir après», a reconnu l'institution dont l'objectif partagé avec le gouvernement est de minimiser le contrecoup.

Le gouvernement va ainsi rapidement affecter 5500 milliards de yens (59 milliards de dollars CAN) de rallonge budgétaire au soutien de l'activité, dont quelque 70% devraient être dépensés d'ici à fin juin d'après le ministre des Finances, Taro Aso.

Même s'il considère que l'économie japonaise est clairement sur la bonne voie, M. Kuroda a admis qu'il fallait garder un oeil attentif sur les aléas extérieurs, dont l'évolution des économies émergentes et du reste de l'Asie.

Mardi, l'annonce de la BoJ a immédiatement accentué la baisse du yen à la Bourse de Tokyo et provoqué une hausse concomitante des actions, les investisseurs spéculant sur des signaux de nouvelles mesures d'assouplissement dans les prochains mois, selon des courtiers. L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a clôturé en forte hausse de 3,13%.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer