Le milliardaire américain Warren Buffet a estimé lundi que le séisme et le tsunami au Japon n'entraveraient pas l'avenir de l'économie du pays et pourraient même conduire à un nouvel élan à la Bourse.

Publié le 21 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je ne vois pas l'avenir de l'économie japonaise différemment d'il y a dix jours (...) Des événements extraordinaires offrent des opportunités d'achat», a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une visite en Corée du Sud.

La Bourse de Tokyo, fermée lundi pour cause de jour férié, a perdu 10,22% la semaine dernière après le séisme et le tsunami du 11 mars, suivis par la crainte d'un accident nucléaire majeur dans la centrale de Fukushima.

Buffet, président de la société d'investissement Berkshire Hathaway, a appelé à ne pas vendre d'actions japonaises, estimant que l'économie de l'archipel devrait se remettre assez rapidement, selon l'agence de presse Yonhap.

Selon la Banque mondiale, la tragédie pourrait coûter au Japon jusqu'à 235 milliards de dollars US, soit 4% de son PIB, mais la croissance pourrait reprendre rapidement avec l'accélération des efforts de reconstruction, qui pourraient durer cinq ans.

Le milliardaire a d'autre part indiqué qu'il recherchait des opportunités d'investissements dans le monde, y compris en Corée du Sud, après l'acquisition par son holding de la totalité du capital du chimiste américain Lubrizol pour 9,7 milliards de dollars, dette comprise.

«Nous observons un certain nombre d'entreprises en Corée, aux États-Unis, en Grande-Bretagne. Nous espérons trouver de bonnes entreprises où qu'elles soient. Fondamentalement, plus elles sont grosses, mieux c'est», a-t-il déclaré.