Source ID:6bf0da58-b77e-4931-9671-95a1ba5cfecd; App Source:alfamedia

L'immobilier montréalais continue de séduire les Chinois

De janvier à août, le nombre d'investisseurs non...

Agrandir

De janvier à août, le nombre d'investisseurs non résidents chinois à Montréal a augmenté de 64,5 %, passant de 126 à 207.

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Les acheteurs chinois ont continué d'être actifs sur le marché immobilier montréalais en 2018, indique une étude de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) publiée ce matin.

En un an, le nombre d'investisseurs non résidents chinois a augmenté de 64,5 %, passant de 126 à 207. La période observée couvre les mois de janvier à août.

Ce pays représente dorénavant le plus fort contingent d'acheteurs étrangers dans la région montréalaise, devant les États-Unis et la France.

La popularité de Montréal auprès des Chinois est un phénomène récent, qui a commencé en 2016. Les compatriotes du président Xi Jinping représentent maintenant 30 % des acheteurs étrangers en 2018, comparativement à 20 %en 2017 et 10 % en 2016. 

Ceux-ci achètent en plus grand nombre des maisons unifamiliales que les autres étrangers et affichent une préférence pour s'installer à Montréal et dans les secteurs anglophones de l'ouest de l'île, Westmount et Mont-Royal.

D'aucuns croient que la taxe sur les achats de maisons effectués par des étrangers imposée d'abord à Vancouver puis à Toronto explique la popularité nouvelle de Montréal. La SCHL n'en est toujours pas convaincue.

« La demande immobilière provenant des non-résidents à Montréal pourrait cependant aussi être attribuable aux prix plus faibles dans la métropole que dans les autres grands centres urbains du pays, ainsi que par sa vigueur économique actuelle. » - Extrait de l'étude de la SCHL

La SCHL insiste sur le fait que l'influence des étrangers dans le marché résidentiel demeure faible, puisque la proportion de logements achetés par des non-résidents (tous pays confondus) dans l'ensemble de la RMR de Montréal en 2018 demeure inférieure à 2 %. Cependant, dans le cas des condos au centre-ville, la proportion grimpe à 12 %.

L'organisme fédéral se base sur l'adresse déclarée par l'acheteur sur l'acte de vente notarié pour déterminer s'il est résident canadien ou pas, confirme Francis Cortellino, analyste de marché et auteur de l'analyse. Un choix méthodologique qui a pour effet de sous-estimer l'importance des non-résidents dans le marché montréalais, à défaut d'en trouver un meilleur.

M. Cortellino et la SCHL émettent toutefois l'hypothèse que la perception publique sur l'importance des acheteurs non résidents peut provenir du fait que ces derniers sont confondus avec les immigrants d'arrivée récente.

Dans les villes de banlieue de l'île de Montréal, un acheteur sur dix est un immigrant arrivé au pays entre 2011 et 2016, estime la SCHL à partir d'une compilation spéciale des données du dernier recensement. Du lot, la moitié sont Chinois.

« Les immigrants récents de la Chine, qui ont acheté un logement sur l'île de Montréal (sans la ville de Montréal) en 2016, représentent 4,5 % de tous les acheteurs, bien qu'ils ne représentent que 0,4 % des ménages vivant dans ce secteur. Cela représente un écart de 4 points de pourcentage par rapport à leur poids démographique, le plus important de tous les secteurs de la RMR », écrit M. Cortellino.

« Une fois de plus, cela pourrait donner l'impression que les acheteurs non résidents sont très nombreux, alors que bon nombre de ces acheteurs sont en fait des immigrants », enchaîne-t-il.

«+ 64,5 %

Hausse du nombre d'investisseurs immobiliers chinois à Montréal en un an»





la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer