Les perspectives du secteur manufacturier canadien étaient légèrement moins positives en juin qu'au mois de mai, selon les résultats d'un sondage mensuel effectué auprès des gestionnaires en approvisionnement de ce secteur.

Publié le 4 juill. 2016
LA PRESSE CANADIENNE

L'indice PMI des fabricants canadiens de la Banque Royale s'est ainsi établi à 51,8 points en juin, comparativement à un indice de 52,1 points en mai.

L'indice surpassait le cap des 50,0 points pour un quatrième mois consécutif, ce qui signale que les directeurs d'achats des fabricants canadiens voient des signes d'expansion dans les mois à venir.

Mais l'indice de juin était aussi le plus faible depuis mars, qui avait marqué un retour en force de la confiance des entreprises. Cette dernière s'était affaiblie pendant les sept mois précédents, a rappelé la Royale.

«Cet affaiblissement a coïncidé avec la suspension de la production de sables bitumineux en raison des incendies de forêt en Alberta, qui devraient entraîner une croissance négative du produit intérieur brut pour le deuxième trimestre», a expliqué la Royale dans un commentaire.

«Cela étant dit, il n'y a pas d'autre affaiblissement notable dans les données régionales pertinentes. La cause la plus vraisemblable pour la récente tendance d'affaiblissement de l'indice PMI est la stagnation de la croissance des exportations.»

Trois des quatre ventilations régionales des données ont fait état d'une expansion. La plus faible lecture a été celle de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, à 46,2 points - même si cela est son plus haut niveau depuis le début de 2016.

Les deux régions avec les plus grands secteurs manufacturiers, l'Ontario et le Québec, ont montré des déclins. L'indice de l'Ontario est passé de 55,1 points en mai à 53,6 points, tandis que celui du Québec, qui était de 55,7 points en mai, a reculé à 54,6 points. L'indice du reste du Canada a grimpé à 57 points, comparativement à 56,6 points le mois précédent.

La Banque Royale commandite depuis cinq ans l'indice PMI avec la collaboration de l'Association de la gestion de la chaîne d'approvisionnement, mais le rapport de juin était le dernier auquel elle participait, a-t-elle annoncé.