Source ID:42991; App Source:cedromItem

KDC en route vers le milliard

KDC exploite une usine à Lac-Brome, en Estrie.... (Photo Janick Marois, La Voix de l'est)

Agrandir

KDC exploite une usine à Lac-Brome, en Estrie.

Photo Janick Marois, La Voix de l'est

Devenir un meneur nord-américain de la fabrication en sous-traitance de produits de soins personnels, avec l'atteinte du milliard en revenus et prêt à s'étendre outre-mer.

On ne manque pas d'ambitions parmi les dirigeants et les investisseurs chez KDC, une entreprise de Lac-Brome, en Estrie. Et pour cause!

En expansion soutenue depuis quelques années, au fil d'acquisitions et d'investissements industriels, KDC vient de rehausser son capital de 165 millions de dollars afin de poursuivre, sinon d'accélérer, son plan d'affaires.

Les investisseurs? L'actionnaire principal de KDC depuis 2002, la firme d'investissement Novacap, basée à Longueuil, qui gère pour plus de 2 milliards en fonds investis au capital d'entreprises.

Elle est accompagnée chez KDC de poids lourds des placements privés en entreprises au Québec: la Caisse de dépôt et placement, le Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN et Investissement Québec.

En entrevue au siège social de KDC, son président et chef de la direction, Nick Whitley, se dit évidemment satisfait de cet appui additionnel au capital de l'entreprise qu'il dirige depuis deux ans.

Engagement

«Ça démontre l'engagement de Novacap et de ses associés à investir pour bâtir des entreprises, au lieu de faire de l'ingénierie financière», explique ce gestionnaire d'expérience en Europe et au Canada dans la fabrication de produits de consommation en hygiène ou en alimentation.

À ses côtés durant l'entrevue, Michel Côté, président du conseil d'administration de KDC et associé principal à la firme d'investissement Novacap.

C'est lui qui pilote l'élaboration et la réalisation du plan d'affaires de KDC depuis sa prise de contrôle par Novacap en 2002, il y a 13 ans.

KDC était connue sous le nom d'«Emballages Knowlton», du nom du village des Cantons de l'Est où l'entreprise américaine Clairol avait implanté une usine 40 ans plus tôt.

Recentrer les priorités

Rapidement après l'acquisition, Novacap a décidé de recentrer les priorités d'affaires et le marché cible de KDC vers les grandes entreprises de produits de soins personnels. Ces entreprises comme Procter&Gamble ou Unilever sous-traitent de plus en plus la fabrication de leurs produits, mais à des exigences très élevées de contrôle de qualité, de coûts de production et de délais de livraison.

«Nous avons alors rapetissé KDC de 60 à 45 millions de revenus. Mais en agissant ainsi, nous avons pu redéfinir et renforcer les bases d'une nouvelle phase d'expansion», explique Michel Côté.

En 2007, KDC acquiert une première usine aux États-Unis: Tritech, en Virginie, spécialisée dans la fabrication de produits d'hygiène antibactériens.

Puis, en 2010, afin de pouvoir s'affirmer davantage comme sous-traitant à «valeur ajoutée» dans l'industrie des produits de soins personnels, KDC enclenche le plus gros investissement de son histoire, soit l'implantation à Columbus, en Ohio, d'une vaste usine d'un coût total frôlant les 60 millions.

Avec ce projet, aussi, KDC s'est installée dans le plus gros parc industriel sur le continent qui soit consacré au secteur des produits de soins personnels.

Avec cette nouvelle usine en Ohio, KDC s'est donné les moyens d'accroître ses activités de plus d'un tiers. Mais aussi, de signaler son ascension à l'avant-plan du marché de la sous-traitance en élaboration, fabrication et emballage de produits d'hygiène et beauté.

La stratégie a rapidement porté ses fruits. Le chiffre d'affaires de KDC a été propulsé au-delà du demi-milliard de dollars. Et sa part du marché nord-américain de la sous-traitance en produits de soins personnels voisine les 20%, devançant ses concurrentes de taille et de spécialité comparables.

C'est ce plan d'affaires «équilibré» qui, de l'avis des principaux dirigeants de KDC, devrait propulser son chiffre d'affaires autour du milliard de dollars «d'ici trois ans».

À ce moment, aussi, KDC pourrait être mûre pour une ouverture de son capital en Bourse, explique Michel Côté, cette fois à titre d'associé principal chez Novacap.

«Novacap et ses partenaires ont beaucoup investi dans KDC depuis 2002. Quand ses résultats seront de taille suffisante pour intéresser des investisseurs boursiers, une première émission d'actions de l'ordre du milliard de dollars pourrait nous permettre à la fois de monnayer une partie de notre placement chez KDC, mais aussi de faciliter le financement de sa croissance subséquente vers les 2 à 3 milliards de chiffre d'affaires, avec des implantations outre-mer.»

-----------------

KDC EN BREF

Activité: sous-traitant en fabrication et emballage de produits de soins personnels (hygiène, santé, beauté)

Effectifs: 2400 employés dans 5 usines au Québec, en Ontario, en Ohio, en Virginie et au New Jersey

Chiffre d'affaires: environ 550 millions CAN

Siège social: Knowlton (Lac-Brome), Québec

Actionnariat: Investissements Nocavap (majoritaire), Caisse de dépôt et placement du Québec, Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer