Un semaine après avoir annoncé une série de contrats de 50 millions de dollars dans le secteur de l'aviation civile, CAE (T.CAE) passe au secteur militaire pour annoncer des contrats d'une valeur totale de 100 millions.

Mis à jour le 24 mars 2011
Marie Tison LA PRESSE

> Suivez Marie Tison sur Twitter

Le fabricant de simulateurs de vol n'a toutefois pas précisé le montant rattaché à chaque contrat.

CAE a notamment fait état d'un contrat pour la construction de deux simulateurs pour l'avion de patrouille maritime P-3c, l'Orion, pour la marine taiwanaise. C'est cependant la marine américaine qui a attribué le contrat, en vertu du programme américain de vente de matériel militaire à l'étranger.

CAE effectuera également la mise à niveau d'un simulateur pour l'hélicoptère MH-60S à la base aéronavale de la marine américaine à North Island, en Californie. Ce simulateur avait été fabriqué par une autre entreprise, mais c'est CAE qui mettra à jour ses logiciels, améliorera son poste de pilotage et ajoutera des générateurs d'images de caméra infrarouge. La société mont- réalaise n'est pas peu fière de damer le pion à un concurrent.

CAE a également fait savoir hier que Lockheed Martin avait renouvelé des contrats pour la fourniture de services de soutien et de maintenance à des clients de l'avion de transport C-130J dans le monde, notamment aux États-Unis, en Italie et au Royaume-Uni.

CAE a finalement annoncé l'obtention de deux contrats pour la Défense canadienne: l'entreprise élaborera des didacticiels pour des programmes de formation en ligne pour des techniciens et elle fournira des services de soutien et d'analyse au Centre de recherche opérationnelle et d'analyse.

Depuis quelques mois, les entreprises actives dans le secteur de la défense se préparent à un resserrement des budgets militaires dans plusieurs pays. Ces compressions pourraient cependant représenter une occasion pour CAE.

«La simulation permet de faire des économies, a rappelé la vice-présidente des affaires publiques de CAE, Nathalie Bourque. Ça coûte 10 fois moins cher de faire de la formation dans un environnement synthétique que dans un environnement réel, et ça permet de faire des choses que tu ne veux pas vraiment faire dans un appareil.»

L'action de CAE a perdu 8 cents pour clôturer à 12,39$ à la Bourse de Toronto hier.