Potash Corporation a fait état jeudi d'un bénéfice de 472 millions de dollars pour son deuxième trimestre, soit plus du double de celui de 186,2 millions affiché à la même période l'an dernier.

LA PRESSE CANADIENNE

Les profits du géant de l'engrais - les plus élevés de son histoire pour un deuxième trimestre - représentent un gain de 1,55 par action, ce qui se compare à un bénéfice par action de 61 cents un an plus tôt.

Potash [[|ticker sym='T.POT'|]] a attribué sa solide performance à la reprise soutenue de la demande pour l'engrais, ainsi qu'à l'obtention d'un dividende exceptionnel de 69,6 millions tiré d'un investissement dans la société israélienne Israël Chemicals.

Selon le président et chef de la direction de l'entreprise saskatchewanaise, Bill Doyle, c'est le besoin incontournable de production alimentaire qui a stimulé la demande pour l'engrais, et gonflé la performance du plus récent trimestre.

M. Doyle observe que les agriculteurs sont décidés à régler les problèmes de carences en sels nutritifs de leurs terres.

Potash s'attend maintenant à ce que son bénéfice net par action pour l'ensemble de l'exercice 2010 atteigne entre 5 et 5,50 dollars, incluant un bénéfice par action d'entre 80 cents et 1,20 pour le troisième trimestre.

«Puisque le pire de la récession mondiale est derrière nous, le besoin inévitable d'augmenter la production alimentaire et l'engrais approprié se remet en place», a noté M. Doyle.

«La demande alimentaire a resserré les stocks mondiaux de céréales, ce qui a accru l'importance de régler les carences en sels nutritifs des terres. Cela devrait raffermir la demande pour tous les sels nutritifs, particulièrement la potasse, à court et à long terme.»

L'action de Potash s'est appréciée jeudi de 4,69, soit 4,6 %, à la Bourse de Toronto, où elle a terminé la journée à 106,39.