Un analyste de l'industrie aéronautique s'attend à ce que Bombardier (t.bbd.b) revoit de nouveau à la baisse ses prévisions en ce qui a trait à ses livraisons de jets d'affaires, le mois prochain, en raison de la récession.

LA PRESSE CANADIENNE

Les livraisons devraient chuter de 25% cette année, comparativement à la baisse de 10% tout d'abord prévue par Bombardier, a dit croire Cameron Doerksen, de la firme Partenaires Versant.

L'analyste prévoit que les livraisons totales de jets d'affaires reculeront à 180 appareils, alors qu'elles se sont établies à 239 unités l'an dernier. Elles diminueront davantage en 2010, à 144, cela représentant une glissade de 40% par rapport à celles de l'année fiscale 2009.

Le constructeur montréalais d'avions et de trains a fait part, le mois dernier, de son intention d'éliminer 1360 emplois et a dit s'attendre à livrer 215 appareils d'affaires cette année.

Les livraisons de gros jets d'affaires avaient auparavant été prévues stables, en dépit du ralentissement de l'économie.

Toutefois, Gulfstream, qui fait concurrence à Bombardier au sein du marché des jets d'affaires de tailles moyenne et élevée, a récemment lancé un sérieux avertissement à la firme québécoise en prévoyant une baisse de 22% des livraisons de gros appareils.

Bombardier pourrait procéder à une révision de ses propres prévisions dès le 2 avril, au moment de dévoiler les résultats financiers de son quatrième trimestre.

Les actions de l'entreprise ont fortement chuté cette année, étant descendues à un plancher de 2,22 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 75% par rapport au sommet de 8,97 $ atteint lors des 52 dernières semaines. Mardi après-midi, elles valaient 2,90 $, en recul de quatre cents par rapport à leur taux de clôture de la veille.