L'administration Trump envisage d'augmenter les tarifs postaux des colis envoyés au titre du commerce en ligne, selon un rapport du Trésor américain publié mardi.

Mis à jour le 4 déc. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce rapport a été motivé par une colère du président, Donald Trump, qui avait accusé le géant du commerce en ligne Amazon de profiter de bas tarifs postaux.

Amazon est dirigé par Jeff Bezos, qui contrôle également le quotidien Washington Post, que M. Trump dénonce régulièrement comme « Fake News ».

Si un premier rapport avait conclu qu'Amazon ne bénéficiait pas de tarifs préférentiels, une réforme des services postaux, déficitaires depuis des années, a été préconisée.

Le rapport divulgué mardi recommande de diviser la livraison du courrier entre « services postaux essentiels », qui bénéficient d'un prix du transport subventionné, et services commerciaux, qui seront facturés au prix du marché.  

Les services postaux américains (USPS) devraient pouvoir « facturer des prix basés sur le marché pour les lettres et les paquets qui ne seront pas définis comme ressortant des services postaux essentiels », mais comme relevant de services commerciaux, dit le rapport.

« La plupart des envois du commerce en ligne seront considérés comme relevant de l'usage commercial, que ce soit de grands ou petits distributeurs », a précisé un responsable du Trésor, sans vouloir spécifiquement désigner Amazon.

Fortement affectée, comme toutes les postes du monde, par la numérisation des communications, la poste américaine a cumulé des pertes de 69 milliards de dollars au cours de la décennie.

L'accroissement du volume des envois de colis dû au développement du commerce en ligne n'a pas compensé la perte globale de trafic, indique le rapport.  

Le document préconise aussi de privatiser certains métiers comme le tri.  

Les coûts salariaux, qui comptent pour 76 % dans les coûts d'exploitation de la poste américaine, un des premiers employeurs du pays, doivent être réformés « pour mieux s'aligner avec ceux des autres employés fédéraux ».

Ce rapport ne se penche pas pour l'instant sur l'activité internationale de la poste américaine (qui représente 3,7 % de son chiffre d'affaires) alors que l'administration a entamé par ailleurs une procédure de retrait de l'Union Postale Universelle (UPU), un mouvement visant probablement la Chine, dont les entreprises peuvent expédier vers l'Amérique de petits colis à peu de frais dans le cadre de ce traité.