La banque Ally Financial, partiellement nationalisée après avoir échappé à la faillite pendant la crise grâce à l'aide du gouvernement américain, a reversé mercredi au Trésor 5,9 milliards de dollars en rachetant ses propres titres, indique le Trésor dans un communiqué.

Publié le 20 nov. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Avec ce paiement, les contribuables ont récupéré 12,3 milliards de dollars, soit plus de 70% de l'investissement fourni» par l'État à l'ancien bras financier de General Motors, ajoute-t-il.

Lors de la crise financière, Ally Financial avait reçu en 2009 pour 17,2 milliards de dollars d'aide publique.

Il est précisé qu'Ally a levé plus d'un milliard de dollars de capital pour effectuer la transaction.

La semaine dernière Ally Financial avait reçu le feu vert de la Fed pour mettre en place un nouveau plan de capitalisation alors qu'elle avait failli au test de résistance mené par la banque centrale en mars.

Ce plan de recapitalisation prévoyait qu'Ally rachète ses actions convertibles préférentielles encore détenues par l'État, ce que la banque a fait jeudi.

Le Trésor détient encore 65% d'actions ordinaires d'Ally, a précisé un porte-parole.

«Avec les recettes de ce paiement, les contribuables ont récupéré 430 milliards de dollars des investissements du programme TARP» (Troubled assets relief program), ce programme financier de l'État qui a aidé les banques à se délester de leurs actifs douteux pendant la crise, précise le communiqué.