La Banque centrale américaine (Fed) devrait tenir une conférence de presse à l'issue de chaque réunion de son Comité de politique monétaire (FOMC) et non plus une fois sur deux comme actuellement, a affirmé mercredi un de ses dirigeants.

Publié le 14 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Cela permettrait au FOMC de prendre des décisions appropriées davantage en ligne avec la publication des données macro-économiques», a déclaré James Bullard, président de l'antenne locale de Saint-Louis (Missouri) dans un discours prononcé dans le Kentucky.

Les marchés s'attendent à ce que la Réserve fédérale annonce une réduction de ses injections de liquidités dans le circuit financier «avant la fin de l'année» comme l'avait indiqué son président, Ben Bernanke.

Les analystes et acteurs financiers tablent sur une annonce soit en septembre, soit en décembre mais guère à la réunion du FOMC d'octobre où une conférence de presse n'est pas prévue.

M. Bullard, qui est un membre votant du FOMC, a redit que, pour lui, le Comité de politique monétaire «a encore besoin de voir davantage de données sur la performance macro-économique du deuxième trimestre 2013 avant de se faire une opinion» sur l'opportunité de diminuer ses achats mensuels de 85 milliards de dollars en bons du Trésor et titres hypothécaires.

Il estime que «les chiffres récents suggèrent un deuxième trimestre plus fort qu'attendu», après une première estimation de la croissance du PIB de 1,7%, après 1,1% au premier trimestre.

M. Bullard reste prudent vis-à-vis de l'inflation dont le niveau très bas «n'a pas de bonne explication», dit-il.

À près de 1% sur un an, l'inflation sous-jacente (sans les prix de l'énergie et de l'alimentation) «touche la limite basse de ce qui est acceptable», juge M. Bullard.