Le moral des petites entreprises a reculé aux États-Unis pour le quatrième mois d'affilée en juin, où il est tombé à son niveau le plus faible depuis octobre, selon une étude publiée mardi par la Fédération nationale des entreprises indépendantes (NFIB).

Publié le 12 juill. 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'indice mensuel du moral des propriétaires ou dirigeants de petites entreprises du NFIB a reculé de 0,1 point, pour s'établir à 90,8.

Pour la Fédération, ce niveau correspondant à une «récession», et n'a «rien de surprenant».

«Bien que juin ait marqué le deuxième anniversaire de la reprise, il apparaît qu'il n'y a pas eu grand chose susceptible de rendre les petites entreprises plus optimistes», écrit la NFIB sur son site.

Les petites entreprises sont le moteur de la création d'emplois aux États-Unis, laquelle a considérablement ralenti en mai et en juin, selon des chiffres officiels publiés vendredi.

Plusieurs économistes s'inquiètent de la nouvelle baisse de l'indicateur de la NFIB.

«C'est mauvais», estime Chris Christopher, du cabinet IHS Global Insight, «dans la mesure où les petites entreprises sont en train de subir tout le poids de la lenteur de cette reprise économique».

«La faiblesse de la demande intérieure au premier semestre a touché plus durement les petites entreprises que les grandes, et cela pourrait ralentir le redressement du marché du travail» dans les mois à venir, estime Ryan Sweet, de Moody's Analytics.

M. Christopher note que les grandes entreprises sont toujours en mode d'expansion», ainsi qu'en ont témoigné les indicateurs d'activité de l'association professionnelle ISM publiés au début du mois.