Source ID:; App Source:

Le pétrole progresse toujours

Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant à un... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant à un rythme moins rapide la hausse entamée après l'annonce d'une réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en milieu de semaine précédente.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 11 cents à 51,79 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex).

À Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a pris 48 cents à 54,94 dollars sur le contrat pour livraison en février à l'Intercontinental Exchange (ICE).

«Quand on prend en compte que le marché a monté de 12 % la semaine dernière, commencer la semaine de manière relativement calme n'est pas vraiment une surprise», a indiqué Phil Flynn de Price Futures Group.

Les membres de l'OPEP sont parvenus à se mettre d'accord mercredi sur une réduction de leur production de 1,2 million de barils par jour à partir de janvier 2017, ce qui a déclenché un rebond des cours.

Les interrogations se portent désormais sur les pays non membres du cartel dont l'OPEP espère qu'ils vont également réduire leur production, de 600.000 barils par jours.

La Russie, important pays producteur non membre du cartel, devrait supporter la moitié de cet effort de réduction, mais a indiqué avoir produit en novembre à un niveau record.

Autres producteurs

«La réduction de la production dont parle la Russie serait basée sur son niveau de novembre, donc la Russie produirait toujours nettement plus de brut au cours du premier semestre 2017 qu'il y a seulement quelques mois», ont indiqué les experts de Commerzbank dans une note.

Une réunion entre pays producteurs membres et non-membres de l'OPEP à ce sujet, qui devait se tenir à Doha vendredi, devrait finalement avoir lieu samedi à Vienne.

«Nous restons sceptiques sur le fait que les producteurs non membres de l'OPEP s'alignent pour promettre leurs propres réductions alors que l'annonce de l'OPEP de la semaine dernière a déjà pris largement la responsabilité de rééquilibrer le marché», a indiqué Tim Evans de Citi dans une note.

Dans l'immédiat, le pétrole a profité du repli lundi du dollar qui avait beaucoup monté ces dernières semaines.

Le pétrole, libellé en dollar, devient mécaniquement plus accessible pour les opérateurs utilisant d'autres monnaies quand le cours du billet vert baisse.

Sur le plan américain, «la clef pourrait venir de la demande» a indiqué Phil Flynn estimant que si la demande restait à un niveau élevé cela pourrait suffire à faire repartir les cours à la hausse.

Autre facteur de plus long terme jugé encourageant pour les cours, le rejet par les autorités américaines du tracé d'un oléoduc controversé dans le Dakota du Nord.

Cela «devrait rendre le pétrole du Dakota du Nord un peu cher», a estimé Phil Flynn.

À l'inverse, le retour des producteurs américains de pétrole non conventionnel, encouragés par un rebond des prix du baril, pourrait à terme annihiler une partie des efforts de l'OPEP faisaient remarquer plusieurs analystes.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer