Source ID:; App Source:

Le pétrole baisse, rattrapé par la Grèce

Les cours du pétrole ont baissé lundi à New York, pâtissant comme d'autres... (Photo Tim Chong, Reuters)

Agrandir

Photo Tim Chong, Reuters

Agence France-Presse
New York

Les cours du pétrole ont baissé lundi à New York, pâtissant comme d'autres marchés de l'aggravation de la crise grecque, tandis que les investisseurs restaient inquiets du niveau élevé de l'offre, notamment au Moyen-Orient.

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en août a reculé de 1,30 dollar à 58,33 dollars sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX).

«Je crois que c'est en premier lieu la Grèce», qui pèse sur les cours de l'or noir, a estimé Kyle Cooper, de IAF Advisors, notant que la Bourse américaine semblait également souffrir des incertitudes autour d'Athènes.

La situation s'est brusquement dégradée ce week-end entre Athènes et ses créanciers, et le premier ministre, Alexis Tsipras, a provoqué la stupeur en annonçant un référendum sur les exigences de ses créanciers, prévu le 5 juillet après cinq mois de négociations avec l'UE, la BCE et le FMI, appelant à les rejeter en votant «non».

Même si les espoirs d'un accord de dernière minute n'ont pas disparu, le plan d'aide au pays va donc s'achever mardi 30 juin et la Grèce ne devrait pas être en mesure de rembourser une échéance de 1,5 milliard d'euros au FMI le même jour, augmentant la perspective du défaut de paiement et peut-être d'une sortie de la zone euro.

«Toute cette situation, la perspective d'un défaut, cela provoque des incertitudes» qui nuisent au pétrole, plutôt considéré comme un actif à risque, a expliqué M. Cooper.

De plus, certains observateurs estiment que la situation tend à renforcer le dollar, ce qui pèse en retour sur les échanges pétroliers, libellés en monnaie américaine et donc plus coûteux.

Néanmoins, «l'euro et le dollar n'ont pas beaucoup bougé aujourd'hui, malgré le choc du week-end», la monnaie unique se redressant même vers 17h GMT (13h heure du Québec), a nuancé Tim Evans, de Citi.

«La Grèce n'est ni le seul facteur de risque pour le marché pétrolier, ni même le plus important», a-t-il insisté. «La surabondance persistante est aussi un problème, ce que souligne (...) une nouvelle hausse de la production irakienne, en juin.»

En ce sens, le marché est particulièrement attentif à l'évolution des négociations sur le nucléaire iranien entre Téhéran et les grandes puissances, à Vienne, à la veille de l'expiration théorique de la date limite pour un accord.

«Même si le délai devra probablement être prolongé au delà du 30 juin, on dirait que l'on fait des progrès», a rapporté Matt Smith, de ClipperData.

«Tout accord pénaliserait les prix du pétrole et des produits dérivés» car il conduirait à «un retour progressif des barils iraniens sur le marché», a rappelé M. Smith.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer