Source ID:; App Source:

Le pétrole finit proche de l'équilibre

Les prix du pétrole ont fini la séance presque à l'équilibre vendredi, les... (PHOTO HASAN JAMALI, AP)

Agrandir

PHOTO HASAN JAMALI, AP

Agence France-Presse
NEW YORK

Les prix du pétrole ont fini la séance presque à l'équilibre vendredi, les investisseurs optant pour la prudence avant un week-end potentiellement décisif pour deux dossiers suivis de très près par le marché, la Grèce et l'Iran.

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en août, hésitant en fin de séance, a cédé 7 cents 59,63  dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

«Le marché avait beaucoup baissé depuis la publication [mercredi] du rapport sur les stocks [aux États-Unis], et maintenant il semble fatigué», a dit Matt Smith, chez Clipper Data.

«Il y a un peu d'équilibrage de portefeuille avant un weekend qui pourrait être plein d'événements», a-t-il ajouté, en référence aux négociations sur la dette grecque d'une part, et sur le nucléaire iranien d'autre part.

Pour ce qui concerne la Grèce, «s'il y a une solution cela va être positif pour l'euro, et donc pour le brut» puisque les échanges sont libellés en dollar, a-t-il précisé.

La date limite pour ces deux dossiers est fixée au 30 juin, et dans les deux cas, l'issue semble très incertaine.

En ce qui concerne l'Iran, un accord avec les grandes puissances doit garantir que le programme nucléaire iranien sera uniquement civil, en échange d'une levée des sanctions internationales.

Dans un tel cas, l'Iran serait à même de produire un million de barils de pétrole par jour supplémentaires dans les six mois qui suivent, selon Téhéran.

M. Smith a noté que le marché avait en revanche peu réagi à l'annonce, par la société de services pétroliers Baker Hughes, qu'il y avait trois puits de pétrole en activité en moins aux États-Unis cette semaine par rapport à vendredi dernier.

«Ce chiffre est en train de trouver un plancher», et en outre la fermeture de puits ne s'est pas accompagnée d'une baisse notable de la production de brut aux États-Unis, a-t-il souligné.

Les chiffres du ministère américain de l'Énergie (DoE) publiés mercredi ont montré que, durant la semaine achevée le 19 juin, la production américaine de brut avait encore un peu progressé pour atteindre 9,60 millions de barils par jour.

«Même si on voit une reprise de la demande, on ne voit rien du côté de l'offre et c'est cela qui semble avoir empêché la reprise des cours [entamée à la mi-mars] de se poursuivre», a fait valoir de son côté Gene M. McGillian, chez Tradition Energy, évoquant également «la production record venant d'Irak et d'Arabie Saoudite et aussi de Russie».




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer