Source ID:; App Source:

Le pétrole continue à grimper

Le prix du baril de «light sweet crude»... (PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES AP)

Agrandir

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mai a gagné 32 cents, à 56,71 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont réussi à dégager une nouvelle hausse jeudi, au lendemain d'une envolée due à l'annonce d'une petite baisse de la production et d'une augmentation des stocks de brut moins forte que prévu aux États-Unis.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mai a gagné 32 cents, à 56,71 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

C'était la sixième séance consécutive de hausse pour les cours du WTI, qui sont revenus à leur niveau d'avant Noël.

Pourtant la journée avait commencé dans le rouge, des investisseurs saisissant l'occasion de rafler quelques bénéfices après le bond de presque 6% enregistré mercredi.

Mais James Williams, chez WTRG Economics, a estimé que l'annonce d'un nouveau petit (-20.000 barils par jour) reflux de la production américaine dans la semaine achevée le 10 avril, le deuxième en trois semaines, expliquait l'optimisme durable des investisseurs.

«Si on multiplie cela par 52, cela représenterait environ un million de barils par jour», a-t-il dit, tout en convenant qu'«on n'aura pas vraiment d'idée précise avant la fin juin ou juillet».

«On voit enfin dans les données hebdomadaires l'impact des prix bas sur la production américaine, et c'est très positif», a-t-il dit.

Tout reflux de la production fait espérer aux investisseurs que le marché, actuellement marqué par la surabondance de l'offre face à une demande insuffisante, finisse par enclencher un rééquilibrage.

Comme autre facteur de hausse des cours, M. Williams citait les initiatives des parlementaires américains, qui ont adopté mardi en commission un projet de loi leur donnant un droit de regard sur les pourparlers sur le nucléaire iranien.

Le marché du pétrole craint en effet qu'un accord définitif entre l'Iran et les grandes puissances conduise à une levée des sanctions visant la République islamique, et par conséquent à un subit afflux de brut iranien.

Mais selon M. Williams, la mobilisation du Congrès signifie «qu'il faudra plutôt plus que moins de temps pour arriver à un accord».




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer