Source ID:; App Source:

Le pétrole baisse à New York

Les cours du baril de pétrole brut ont baissé vendredi à New York, alors que le... (Photo Eddie Seal, Archives Bloomberg)

Agrandir

Photo Eddie Seal, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du baril de pétrole brut ont baissé vendredi à New York, alors que le marché, hésitant depuis une dizaine de jours, continuait à ressentir la pression d'une offre excessive.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février a cédé 1,11 dollar sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 54,73 dollars, au lendemain d'une séance de clôture pour Noël.

«Le marché reste sous pression après les chiffres publiés mercredi par le département de l'Énergie, qui montraient une hausse globale des stocks de brut et de produits à base de pétrole» aux États-Unis, a commenté Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Les stocks américains de pétrole brut ont en effet enregistré une hausse inattendue la semaine dernière, de même que ceux de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage). Les réserves d'essence ont, elles aussi, plus augmenté que prévu.

«Comme les investisseurs ne s'attendent pas à ce que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) prenne une décision quelconque pour réduire sa production, et comme l'offre américaine devrait continuer à augmenter l'an prochain, même si des compagnies réduisent leurs budgets, le marché va continuer à s'orienter à la baisse», a prévu Andy Lipow.

Depuis la mi-décembre, les cours du baril de brut, qui ont chuté de près de moitié depuis mi-juin, changent de direction presque chaque jour même s'ils ont enregistré vendredi leur deuxième séance consécutive de baisse.

«Il est franchement très difficile de tirer des conclusions à partir de l'évolution des cours de cette semaine», a reconnu James Williams, de WTRG Economics. «Les échanges sont faibles en période de fêtes», ce qui encourage la volatilité.

Les cours avaient d'ailleurs ouvert en hausse vendredi, après l'annonce de l'incendie d'un réservoir pétrolier en Libye et la publication du budget 2015 de l'Arabie saoudite.

«Même si [les Saoudiens] prévoient un important déficit, ils semblent le baser sur l'idée que le prix du baril remontera entre 70 et 80 dollars», a expliqué James Williams, de WTRG Economics. «Si vous prenez ce budget comme une prévision, cela implique que les Saoudiens croient à une remontée des prix en 2015».




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer