Le gouvernement brésilien a confirmé jeudi l'augmentation de la part de diesel agricole dans le carburant qui fait rouler les camions et les bus du pays, laissant présager une baisse des importations d'hydrocarbures.

Publié le 30 mai 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

«La part obligatoire de biodiesel dans le mélange diesel (...) passera de 5 % à 6 % à partir du 1er juillet, et à 7 % le 1er novembre», indique le communiqué du ministère de l'Agriculture.

Cette mesure devrait soulager les comptes de Petrobras, la compagnie pétrolière nationale, en lui permettant de diminuer ses achats de diesel à l'étranger de 1,2 milliard de litres.

Le Brésil a consommé 2,9 milliards de litres de biodiesel en 2013. Majoritairement issu de l'huile de soja, dont le Brésil est l'un des principaux producteurs au monde , le carburant alimente les camions, les bus et les véhicules utilitaires.

«Le potentiel de production de ce carburant dépasse les 7,5 milliards de litres», poursuit le communiqué du ministère de l'agriculture.

Selon le document, le biodiesel possède un avantage environnemental, car sa production et sa distribution émettent 70 % de CO2 de moins que le diesel issu du raffinage du pétrole.

Le pays n'est pas (encore) touché par le débat sur la nocivité des biocarburants.

Selon des ONG comme Oxfam, le fait d'utiliser des terres arables à des fins énergétiques diminue les surfaces disponibles pour la production d'aliments.

Cela contribue donc à l'augmentation des prix et aggrave le problème de la faim dans le monde.