La crise européenne, le ralentissement en Chine et le fléchissement des prix des ressources provoquent un essoufflement du secteur des mines et métaux partout dans le monde, y compris au Canada. Une situation qui pourrait retarder certains projets du Plan Nord, mais sans nécessairement provoquer d'annulations.

Mis à jour le 21 août 2012
Philippe Mercure LA PRESSE

C'est ce qui ressort d'une étude d'Ernst & Young, qui montre que le nombre de transactions minières a baissé de 26% pendant les six premiers mois de l'année au Canada par rapport à l'an dernier. Le plongeon est encore plus important si on le mesure en termes de dollars impliqués, avec une baisse de la valeur des transactions de 41%.

«Les sociétés minières sont vraiment en train d'analyser les risques. Elles voient que l'incertitude est présente, alors ça change le volume des transactions», indique Zahid Fazal, leader de l'équipe affectée au Plan Nord et aux secteurs des mines et métaux chez Ernst & Young.

Les transactions comme les fusions et acquisitions sont un signe qui permet de mesurer la vigueur d'un secteur. Aujourd'hui, les sociétés minières font face à un double problème: leurs coûts de développement augmentent, mais le prix qu'elles obtiennent des matières extraites est en baisse.

Selon M. Fazal, les dirigeants ont donc ressorti leurs calculatrices pour vérifier la rentabilité de tous les projets qu'ils s'apprêtent à lancer dans le monde. Ceux du Plan Nord n'y font pas exception.

«Les projets qui s'inscrivent dans le Plan Nord sont des projets à long terme, alors je ne pense pas qu'ils soient remis en question, dit l'expert. Mais certains projets seront peut-être retardés.»

Les statistiques plutôt sombres dévoilées hier comportent toutefois une lueur d'espoir. Après des mois de baisse, Ernst&Young a noté un regain d'activité en juin, ce qui laisse croire à une reprise.

Des transactions totalisant 10 milliards US ont eu lieu dans le monde en juin, une hausse de 88% par rapport à juin 2011.

Que se passe-t-il? D'un côté, plusieurs grands groupes miniers mondiaux demeurent bien capitalisés. De l'autre, le prix des entreprises à acquérir a tellement baissé qu'il devient difficile de résister à la tentation d'acheter.

«Comme on dit en anglais, the price is right, dit M. Fazal. Les prix ont atteint des niveaux intéressants et les entreprises bien capitalisées profitent des occasions.»

Ce regain n'est cependant pas de nature à relancer les projets. Plutôt que de construire des mines dont la rentabilité est incertaine, les sociétés minières risquent maintenant d'utiliser leur argent pour faire des acquisitions très ciblées.

Quand le nationalisme fait trembler

Fait intéressant dans le contexte où le niveau des redevances imposées aux sociétés minières est devenu un enjeu électoral au Québec, Ernst & Young estime que le nationalisme entourant les ressources naturelles est aujourd'hui le principal risque qui pèse sur le secteur dans le monde. Plusieurs gouvernements cherchent en effet à imposer de nouvelles taxes à l'industrie minière ou à resserrer les règles sur la propriété étrangère.

Le nationalisme occupait le neuvième rang dans la dernière analyse internationale faite par Ernst & Young en 2008.

Selon Zahid Fazal, il ne faut pas transcrire ces résultats directement au Québec. À ses yeux, l'accès aux infrastructures, la pénurie de main-d'oeuvre et l'inflation des coûts sont des risques plus criants que le nationalisme dans la province.

Au Québec, plusieurs craignent qu'une éventuelle augmentation des redevances fasse fuir les sociétés minières vers d'autres territoires. Le fait que la tendance vers le nationalisme soit mondiale permet de relativiser ces craintes.

«Si d'autres pays font la même chose que le Québec, ça nous place dans le même bateau et ce n'est donc pas nécessairement négatif», dit M. Fazal.

----------------

TRANSACTIONS DANS LE SECTEUR DES MINES ET MÉTAUX

Pour les six premiers mois de 2012 au Canada

NOMBRE DE TRANSACTIONS : -26%

VALEUR DES TRANSACTIONS : -41%

Source : Ernst & Young

---------------

LES DIX PLUS IMPORTANTES TRANSACTIONS CANADIENNES

(Pour les six premiers mois de 2012)

> KGHM Polska Miedz (Pologne) achète Quadra FNX Mining (Canada) pour 3,34 milliards US

> Eldorado Gold Corp (Canada) achète European Goldfields (Grèce) pour 2,35 milliards US

>Pan American Silver Corp (Canada) achète Minefinders Corp (Mexico) pour 1,48 milliard US

> Molycorp (États-Unis) achète Neo Material Technologies (Canada) pour 1,29 milliard US

> Winsway Coking Coal Holdings et Marubeni (Chine) achètent Grande Cache Coal Corp (Canada) pour 1 milliard US

> US Gold Corp (Canada) achète Minera Andes (Argentine) pour 777 millions US

> IAMGOLD (Canada) achète Trelawney Mining&Exploration (Canada) pour 597 millions US

> Rio Tinto (Royaume-Uni) achète Hathor Exploration (Canada) pour 590 millions US

> Teck Resources (Canada) achète SilverBirch Energy Corp (Canada) pour 399 millions US

> Agnico-Eagle (Canada) achète Grayd Resource Corp (Mexique) pour 272 millions US