Le premier sidérurgiste mondial ArcelorMittal a annoncé jeudi qu'il prolongeait au 10 janvier son offre sur le producteur canadien de minerai de fer Baffinland, dont l'échéance était fixée jusque-là au 29 décembre, au prix de 1,25 dollar canadien par action.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le groupe indique dans un communiqué qu'il prolonge «la période d'acceptation de son offre visant l'achat de la totalité des actions ordinaires en circulation de Baffinland au prix de 1,25 dollar canadien en espèces».

ArcelorMittal, qui est en concurrence pour ce rachat avec le groupe Nunavut Iron Ore, géré par le fonds d'investissement privé The Energy & Minerals Group, précise qu'il «examine l'annonce faite par Nunavut Iron Ore Acquisition Inc. plus tôt aujourd'hui (mercredi), selon laquelle elle a modifié son offre partielle visant les actions ordinaires».

Nunavut Iron Ore a augmenté mercredi son offre de rachat de Baffinland, se disant prêt à acquérir 60% du capital du producteur canadien de minerai de fer et à offrir 1,40 dollar canadien par action.

Le groupe, déjà propriétaire d'environ 10,3% des actions ordinaires de Baffinland, offrait jusqu'à présent 1,35 dollar canadien (autant de dollar américain) par action, sur 50,1% des actions ordinaires.

Cette offre, qui court également jusqu'au 10 janvier, porte la valeur de Baffinland à 550 millions de dollars, contre 490 millions pour l'offre du sidérurgiste européen.

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO), le gendarme boursier de Toronto, avait demandé à ArcelorMittal ainsi qu'à Nunavut Iron de «prolonger leurs offres jusqu'à la mi-janvier, en attendant la tenue de l'audience» pour examiner ces projets.

La CVMO menaçait en outre d'interdire toute transaction entrant dans le cadre du plan de défense de Baffinland à compter du 29 décembre à 17H00 locales, si l'entreprise ne renonçait pas à ce plan d'ici là.