La mainmise annoncée de Suncor Energy (T.SU) sur Petro-Canada (T.PCA) pourrait favoriser la relance d'un important projet d'investissement à sa raffinerie de l'est de Montréal, selon des analystes.

Martin Vallières
Martin Vallières LA PRESSE

Et ce, même si ce projet évalué à près d'un milliard de dollars, déjà retardé à quelques reprises, est encore officiellement interrompu par Petro-Canada. Comme plusieurs autres de ses investissements majeurs, d'ailleurs, pour raison de conjoncture défavorable.

 

Ce projet ébruité l'an dernier par La Presse Affaires vise l'installation d'équipement à la raffinerie montréalaise afin de rehausser sa capacité de traitement de pétrole lourd.

Or, ce pétrole lourd, moins valorisé sur le marché, est aussi du même type de celui extrait des sables bitumineux en Alberta, le principal secteur d'activités de Suncor.

Et l'un des buts de la transaction avec Petro-Canada annoncée hier est justement de créer une grande pétrolière plus intégrée: de l'extraction du pétrole des sables jusqu'à son raffinage et la vente au détail de produits pétroliers.

«La société fusionné sera au premier plan pour réaliser une intégration des sables bitumineux jusqu'au marché, comme nulle autre entreprise ne pourra le faire. C'est dans une telle position de force que nous examinerons des projets d'investissement comme celui de la raffinerie de Montréal», a indiqué Rick George, président et chef de la direction de Suncor Energy.

Mais pour Andrew Potter, analyste chez UBS Investment à Calgary, la fusion convenue entre Suncor sur Petro-Canada s'annonce déjà favorable au projet montréalais.

«Il y aura d'importants avantages à combiner les actifs de Suncor dans les sables bitumineux avec les capacités de raffinage et de distribution de Petro-Canada. Ça devrait motiver l'expansion de projet comme celui de la conversion à la raffinerie de Montréal», a indiqué l'analyste dans un premier commentaire distribué hier à ses clients-investisseurs.