Les prix du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York, les investisseurs anticipant l'adoption d'un plan de relance et la présentation d'un plan de sauvetage des banques aux États-Unis, positifs pour la demande d'or noir.

Mis à jour le 10 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Vers 9h10, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison en mars s'échangeait à 41,51 $ US, en hausse de 1,95 $ par rapport à son cours de clôture de lundi.Les cours montaient «dans l'anticipation du vote d'un plan de relance à Washington, en plus d'une aide pour le secteur bancaire, qui devraient aider à contrer le ralentissement économique et créer de la demande» pour le pétrole, a indiqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Le gigantesque plan de relance économique américain, soutenu par le président Barack Obama, a franchi lundi une étape décisive au Sénat qui a voté la clôture des débats par 61 voix contre 36, avant une éventuelle adoption mardi.

Le secrétaire au Trésor Tim Geithner doit par ailleurs présenter mardi le plan de l'administration pour venir au secteur du système bancaire.

Face à la chute de la demande, les producteurs tentent de réagir. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) retire l'excédent de production qui engorge le marché et réduit peu à peu sa production pour atteindre son nouveau plafond (24,84 millions de barils par jour).

Pour Andy Lipow, les prix, qui se maintienent pour l'instant autour du seuil des 40 $, pourraient trouver un soutien dans l'année de la baisse des investissements, qui découle de celle des prix.

«En parallèle des annulations continues de projets, l'offre et la demande devraient être plus équilibrées d'ici la fin de l'année», a ajouté l'analyste.

Le secrétaire général de l'OPEP, Abdallah el-Badri, a indiqué que les membres ont retardé 23% de leurs projets d'investissement en pétrole et gaz, a souligné Phil Flynn, d'Alaron Trading.