D'ici 2025, les départs à la retraite seront nombreux dans les différents secteurs du génie au pays, et c'est principalement ainsi que seront créées les nombreuses possibilités d'emploi. Toutefois, l'impact se fera plus rapidement sentir dans l'Ouest canadien, si bien que pour plusieurs disciplines, Ingénieurs Canada appelle les gens de la profession et les futurs ingénieurs du Québec et de l'est du pays à envisager de migrer vers l'Ouest s'ils n'arrivent pas à trouver un emploi satisfaisant pour eux dans leur province. C'est ce qui ressort du rapport Le marché du travail en génie au Canada: projections jusqu'en 2025, publié par Ingénieurs Canada en juin.

Publié le 21 sept. 2015
Martine Letarte LA PRESSE

«Le génie dans son ensemble continuera d'offrir de bons emplois aux jeunes, mais dans certaines disciplines, comme le génie civil, il faudra peut-être regarder dans les provinces de l'Ouest, où les besoins de main-d'oeuvre seront plus grands plus rapidement qu'au Québec», affirme Alana Lavoie, chef de pratique, affaires publiques, chez Ingénieurs Canada.

La moyenne d'âge des ingénieurs civils en Colombie-Britannique est de 50 ans, de sorte qu'on y prévoit énormément de départs à la retraite pour les 10 prochaines années. Elle est de 43 ans au Québec. On prévoit aussi plus de création d'emplois en Colombie-Britannique qu'au Québec, alors que nous avons formé dans la province plus de diplômés dans le domaine au cours des dernières années que les besoins du marché du travail. Dans les provinces de l'Ouest, le nombre de diplômés a été presque quatre fois moins élevé en 2013, par exemple.

Le Québec est toutefois le champion du génie aéro-spatial, et le rapport d'Ingénieurs Canada indique qu'on aura davantage d'emplois que d'ingénieurs dans cette discipline dans les prochaines années. Encore une fois, c'est en raison de l'augmentation de l'âge moyen des ingénieurs en aérospatiale.

«Par contre, on parle d'un très petit bassin d'ingénieurs: on évalue qu'il y aura une moyenne de 234 possibilités d'emploi par année au pays d'ici 2019, dont 114 au Québec», indique Mme Lavoie.

En génie mécanique, les besoins de remplacement de la main-d'oeuvre au Québec seront présents avec en moyenne 337 possibilités d'emploi chaque année d'ici 2019, mais le nombre de diplômés dans le domaine y est beaucoup plus élevé qu'en Alberta et en Colombie-Britannique, où les besoins seront semblables.

Alors que dans la dernière décennie, le taux de chômage chez les ingénieurs au Québec a été en moyenne à près de 8%, Ingénieurs Canada s'attend à une baisse dans les prochaines années, pour atteindre à peine plus de 6% entre 2020 et 2025 en raison du vieillissement de la population. Les taux seront encore plus bas dans les provinces de l'Ouest.

Cet enjeu de remplacement de la main-d'oeuvre sera important pour l'industrie.

«Les futurs ingénieurs et les nouveaux dans la profession ont avantage à travailler à développer, en plus de leurs habiletés techniques, leurs autres compétences en gestion de projet, par exemple, ainsi qu'en communication et en leadership, afin de pouvoir profiter des occasions de gravir les échelons rapidement», indique Alana Lavoie.

Pour consulter le rapport d'Ingénieurs Canada: https://www.engineerscanada.ca/sites/default/files/Labour-Market-2015-fr.pdf

Choisir sa formation

Différents programmes de baccalauréat en génie sont offerts partout dans la province, même si on retrouve une concentration et une diversité plus grandes à Montréal. Toutefois, des programmes sont offerts en exclusivité dans certaines régions.

Pour porter le titre d'ingénieur, il faut être inscrit au tableau de l'Ordre des ingénieurs du Québec ou à celui de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec.

Pour plus de détails sur le processus d'admission :

Ordre des ingénieurs du Québec

https://www.oiq.qc.ca/fr/jeSuis/candidat/obtenirUnPermis/Pages/default.aspx



Ordre des ingénieurs forestiers du Québec



https://www.oifq.com/fr/ingenieur-forestier/devenir-ingenieur-forestier/



Programmes et établissements de formation



Baccalauréat en génie mécanique

Polytechnique Montréal

École de technologie supérieure

Université McGill

Université Concordia

Université Laval

Université de Sherbrooke

Université du Québec à Trois-Rivières

Université du Québec à Rimouski

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Université du Québec à Chicoutimi

Baccalauréat en génie aérospatial

Polytechnique Montréal

Baccalauréat en génie électromécanique

Université du Québec à Rimouski

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Baccalauréat en génie civil/de la construction

Polytechnique Montréal

École de technologie supérieure

Université McGill

Université Concordia

Université Laval

Université de Sherbrooke

Université du Québec à Chicoutimi

Baccalauréat en génie des eaux

Université Laval

Baccalauréat en génie électrique

Polytechnique Montréal

École de technologie supérieure

Université McGill

Université Concordia

Université Laval

Université de Sherbrooke

Université du Québec à Trois-Rivières

Université du Québec à Rimouski

Université du Québec à Chicoutimi

Université du Québec en Outaouais

Baccalauréat en génie microélectronique

Université du Québec à Montréal

Baccalauréat en génie biomédical

Polytechnique Montréal

Baccalauréat en génie biotechnologique

Université de Sherbrooke

Baccalauréat en génie chimique

Polytechnique Montréal

Université McGill

Université Laval

Université de Sherbrooke

Baccalauréat en génie alimentaire

Université Laval

Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers

Université Laval

Baccalauréat en génie du bois

Université Laval

Baccalauréat en opérations forestières

Université Laval

Baccalauréat en génie agroenvironnemental

Université Laval

Baccalauréat en génie géologique

Polytechnique Montréal

Université Laval

Université du Québec à Chicoutimi

Baccalauréat en génie des mines/de la minéralurgie

Polytechnique Montréal

Université McGill

Université Laval

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Baccalauréat en génie géomatique

Université Laval

Baccalauréat en génie industriel/production automatisée

Polytechnique Montréal

École de technologie supérieure

Université Concordia

Université Laval

Université du Québec à Trois-Rivières

Baccalauréat en génie des matériaux/métallurgie

Université McGill

Université Laval

Baccalauréat en génie des opérations et de la logistique

École de technologie supérieure

Baccalauréat en génie informatique

Polytechnique Montréal

Université McGill

Université Concordia

Université Laval

Université de Sherbrooke

Université du Québec à Chicoutimi

Université du Québec en Outaouais

Baccalauréat en génie logiciel/TI

Polytechnique Montréal

École de technologie supérieure

Université McGill

Université Concordia

Université Laval

Baccalauréat en génie physique

Polytechnique Montréal

Université Laval

*******************

Baccalauréat en génie mécanique

Situation d'emploi en janvier 2013, pour la promotion de 2011, pour l'ensemble du Québec

En emploi : 82,2 %

En emploi à temps plein lié à la formation : 84,3 %

Aux études : 13,7 %

À la recherche d'un emploi : 3 %

Taux de chômage : 3,6 %

Salaire hebdomadaire brut moyen : 1085 $

(source : La relance à l'université-2013)

Baccalauréat en génie électrique, électronique et des communications

Situation d'emploi en janvier 2013, pour la promotion de 2011, pour l'ensemble du Québec

En emploi : 78,2 %

En emploi à temps plein lié à la formation : 82,9 %

Aux études : 17,5 %

À la recherche d'un emploi : 3,8 %

Taux de chômage : 4,7 %

Salaire hebdomadaire brut moyen : 1088 $

(source : La relance à l'université-2013)

Le génie en chiffres au Québec

> 61 134: membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec

> 8396: femmes, soit 13,7%

> 52 738: hommes, soit 86,3%

> 24 382: de 39 ans et moins, soit 39,9%

> 10 040: pratiquent en génie civil

> 7904: pratiquent en génie électrique

> 6031: pratiquent en génie mécanique

> 3835: pratiquent en génie industriel/manufacturier

> 3545: pratiquent en génie informatique

> 2934: pratiquent en génie aéronautique/aérospatial

> 16 773: domiciliés à Montréal

> 13 079: domiciliés en Montérégie

> 6508: domiciliés dans la région de la Capitale-Nationale

> 3822: domiciliés à LavalSource: Ordre des ingénieurs du Québec, 31 mars 2015