Source ID:583307; App Source:cedromItem

Portrait: Tarik Haned, planificateur financier

Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Didier Bert

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

Avant de venir dans ce domaine, je travaillais dans le secteur du luxe. Et je me suis progressivement intéressé aux services financiers pour mes besoins personnels, jusqu'à suivre des cours et décider d'en faire mon métier.

En quoi consiste votre travail?

Je pose un diagnostic sur la situation financière des membres. Puis je leur prépare un plan d'action. Et je les dirige vers le bon interlocuteur, selon leurs besoins: faire un testament, prendre des assurances, intégrer les outils fiscaux les plus appropriés à leur situation, etc.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en gestion et un certificat en planification personnelle à HEC Montréal. Puis j'ai suivi un cours sur les valeurs mobilières. Et j'ai réussi l'examen de l'Institut québécois de planification financière (IQPF), qui m'a permis d'obtenir le titre de planificateur financier. Présentement, je termine un diplôme de gestionnaire de portefeuille.

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai toujours travaillé auprès de la clientèle. J'ai commencé comme conseiller à la vente dans une bijouterie du centre-ville de Montréal, où je suis devenu ensuite directeur des ventes. Après, j'ai travaillé dans une PME qui exporte des produits pharmaceutiques, avant de revenir dans le luxe. J'ai alors pris une année sabbatique pour étudier en planification financière. Je suis passé ensuite dans les banques HSBC Canada et Scotia, pour arriver à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal.

Décrivez une journée typique de travail.

Mes journées commencent à 8 h, et elles finissent entre 17 h et 20 h. Elles sont rythmées par les rendez-vous avec les membres (trois ou quatre par jour), par les réunions et par les appels téléphoniques. Je me déplace chez les membres quand ils ne peuvent pas venir à la caisse.

Quel est votre plus grand défi?

C'est la gestion de mon temps, parce que je rencontre de nombreux membres et je prends le temps nécessaire pour chacun. Je compte 90 minutes par rendez-vous, puis 15 minutes de retour sur mes notes. Et je dois aller chercher les bonnes informations pour préparer les plans financiers.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

Chaque fois que je rencontre une nouvelle personne, c'est une nouvelle aventure. Et quand elle est satisfaite, c'est une reconnaissance de mon travail.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Ils mélangent souvent planificateur et gestionnaire de portefeuille, courtier, etc. Pourtant, comme planificateur financier, je ne touche pas de commission sur les ventes de produits. Je suis évalué sur la satisfaction des clients et sur leur fidélité.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut avoir une facilité à communiquer, aimer les gens, bien se débrouiller dans les chiffres. Il faut aussi être patient et curieux. Cela permet de découvrir des choses essentielles que, parfois, les gens n'arrivent pas à nous dire au sujet de leur situation personnelle, et qui ont une grande influence sur leur situation financière.

En chiffres

Salaire annuel médian: 90 000 $

Personnes en emploi: 4605

Perspectives professionnelles (2013-2017): favorables

Taux de chômage: faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017): modérée

Sources: IQPF, Emploi-Québec, Chambre de la sécurité financière




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer