Source ID:515997; App Source:cedromItem

Martin Motard, grutier

Martin Motard... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Martin Motard

Photo David Boily, La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai toujours aimé la machinerie. Je pense que c'est cet amour des machines qui m'a conduit au métier de grutier!

En quoi consiste votre travail?

Je suis un grutier de fondations. J'installe les pieux, les caissons et les parois qui serviront à ériger la structure. J'ai posé entre autres les fondations de ponts, du CHUM et de l'amphithéâtre de Québec.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai suivi en 2009 une formation en conduite de grues à l'école Les Cèdres. Pour être grutier, il faut aussi posséder le permis de conduire de classe 3.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Tout de suite après mes études, j'ai commencé à travailler dans une petite entreprise. Je suis depuis quelques années chez l'entreprise Pétrifond.

Décrivez une journée typique de travail.

Je commence mes journées à 7h, mais j'arrive une heure avant, pour ne pas être stressé. Je démarre les machines, puis je fais leur inspection pour m'assurer que tout est en ordre. Mon travail se fait en équipe, neuf heures par jour, 45 heures par semaine. Mais le travail change selon les fondations à réaliser.

Quel est votre plus grand défi?

J'ai commencé dans le métier sans rien savoir des fondations. Ce sont toujours de nouvelles technologies, qui ne sont souvent même pas encore utilisées au Québec. Je dois garder un haut niveau d'expertise malgré tout.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

La diversité. Comme le travail change à chaque contrat, j'apprends énormément. Deux journées peuvent se ressembler, mais si je pose les fondations d'un pont, la prochaine fois, j'aiderai peut-être à construire un hôpital.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

L'envergure de ce que l'on fait. C'est difficile par exemple d'imaginer qu'un caisson peut avoir 12 ou 13 pieds de diamètre, surtout que nous sommes le premier corps de métier à arriver sur le chantier. On minimise la complexité aussi, parfois. Et les gens ne savent pas qu'il y a plusieurs sortes de grues, pas seulement les grues à tours que l'on voit au centre-ville.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises pour exercer votre métier?

Il faut posséder une vue d'ensemble du travail à accomplir et une vision à long terme. La dextérité est essentielle, le sens des responsabilités aussi, puisqu'on bouge des pièces immenses.

En chiffres

Salariés actifs en 2012: 1369

Âge moyen en 2012: 46

Nouveaux salariés en 2012: 41

Salaire annuel moyen (pour un compagnon travaillant au moins 500 heures): 92 232$

Perspectives d'emploi de 2013 à 2016: Bonnes. Emploi en légère baisse, bonne disponibilité. Les diplômés se placent très bien. Vieillissement des travailleurs.

Nombre de femmes actives dans le métier: 7

Source: Métiers et occupations dans l'industrie de la construction, édition 2013-2014, CCQ




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer