Travailler au pays et apprendre l'anglais

Lamia Lamoudi, conseillère en emploi au Carrefour jeunesse-emploi... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Lamia Lamoudi, conseillère en emploi au Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Montréal Centre-Ville, recommande aux jeunes d'entreprendre leurs démarches dès maintenant pour travailler dans une autre province.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Nathalie Côté

Collaboration spéciale

La Presse

Travailler, voir du pays et apprendre l'anglais, voilà un menu estival séduisant pour plusieurs jeunes. C'est déjà le moment d'entamer les démarches pour réaliser un tel projet!

Plusieurs programmes et sites internet permettent de dénicher un emploi dans une autre province. Mais d'abord, il faut être bien préparé. «Les jeunes doivent avoir une base en anglais, souligne d'entrée de jeu Lamia Lamoudi, conseillère en emploi au Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Montréal Centre-Ville. Après, les CJE peuvent les aider à corriger leur CV pour attirer l'attention des employeurs. Ils peuvent également faire des simulations d'entrevue en anglais.» Bien outillés, les jeunes peuvent ensuite soumettre leur candidature pour différents postes.

Si l'objectif est de mieux maîtriser une langue seconde, il est préférable de choisir un travail permettant de communiquer beaucoup.

Différents types d'expérience

Certains clients de Lamia Lamoudi partent vers l'Ouest avec leur sac à dos, sans avoir trouvé d'emploi. Ils arriveraient habituellement à en dénicher un assez facilement sur place, souvent dans la restauration ou dans les fermes.

Ariane Garceau et Sophie-Anne Pronovost ont travaillé en Colombie-Britannique l'été dernier. Elles ont pris part à deux programmes différents. L'encadrement fourni a beaucoup rassuré leurs parents, confient-elles. La première a décroché un poste dans un restaurant McDonald's par l'intermédiaire de VIT Canada. «Au travail, tout se déroulait en anglais, raconte Ariane Garceau. Le reste du temps, nous parlions souvent français.»

Avec le recul, l'adolescente de 17 ans croit qu'elle aurait peut-être dû s'imprégner davantage de la culture anglophone. Néanmoins, elle dit s'être beaucoup améliorée durant son expérience.

Sophie-Anne Pronovost, elle, a travaillé dans une garderie dans le cadre du programme d'échange étudiant du YMCA. Son anglais était déjà excellent, mais l'utiliser quotidiennement lui a permis d'être moins hésitante. Pour elle, l'immersion était totale. Elle habitait dans une famille anglophone et ses parents accueillaient une adolescente à la maison en retour. «Les règles et les valeurs varient d'une famille à l'autre, alors il faut s'adapter, note la jeune femme de 18 ans. Ça s'est très bien passé, je me suis très bien entendue avec ma famille d'accueil.»

Une aventure payante?

L'expérience peut s'avérer plus ou moins payante selon les dépenses à assumer (logement, transport, nourriture). Mieux vaut avoir une bourse bien garnie, surtout si aucun boulot ne vous attend. «Assurez-vous d'avoir assez d'argent pour subvenir à vos besoins durant un mois minimum, recommande le Carrefour jeunesse-emploi Rivière-du-Nord dans un petit guide sur le sujet. Vous trouverez sûrement un emploi au bout de deux semaines. Mais vous ne toucherez probablement pas votre salaire avant deux autres semaines! Prévoyez approximativement 1500 $.»

Ariane Garceau a accumulé environ 800 $ durant son été. Elle vivait avec d'autres jeunes travailleurs dans une maison fournie par son employeur. Sa part de loyer était déduite directement sur son salaire. Elle a également dû payer sa nourriture, ses activités et son transport. Sophie-Anne Pronovost est revenue avec environ 2000 $. Elle était logée et nourrie gratuitement par sa famille d'accueil. Son transport a aussi été fourni par le YMCA et ses partenaires. Durant ses périodes de congé, elle participait à des activités offertes par l'organisme.

Expérience enrichissante

Mais l'enrichissement est beaucoup plus que financier. Pour plusieurs jeunes, c'est aussi l'occasion de développer de nouvelles aptitudes et compétences. «Ils acquièrent une meilleure estime de soi, de l'autonomie et de la débrouillardise, constate Jenny Baron, coordonnatrice régionale du programme du YMCA. De plus, les jeunes qui sont motivés et pratiquent beaucoup améliorent aussi vraiment leur langue seconde.»

Ce peut également être un plus pour une future carrière. Les employeurs voient habituellement d'un bon oeil une aventure semblable dans un CV. «C'est une expérience de travail, mais aussi une expérience de vie, souligne Lamia Lamoudi. Cela démontre qu'on a la capacité de voyager et de s'adapter, c'est un atout.»

Quelques éléments à prévoir avant le départ

> Avoir un numéro d'assurance sociale

> Ouvrir un compte bancaire

>Se procurer une assurance-voyage

> Renouveler ses ordonnances de médicaments

> Consulter un guide de voyage

> Acheter un sac à dos confortable

Où trouver?

Tenté par l'expérience? Voici quelques pistes pour décrocher un emploi ailleurs au Canada.

> Emplois d'été échanges étudiants du YMCA: www.emplois-ete.com

> VIT Canada: www.vitcanada.ca

> Jeunesse Canada au travail: https://www.youngcanadaworks.ca

> Guichet emplois de Service Canada: www.guichetemplois.gc.ca/intro-fra.aspx

> Ontario camp association: www.ontariocampsassociation.ca

> Pickingjobs: www.pickingjobs.com

> BC Cherry Association: www.bccherry.com/work-in-our-orchards.asp

> Tree-planter.com: www.tree-planter.com/

> Banff jobs: banffjobs.com/




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer