Les évaluateurs agréés et les techniciens en évaluation sont de plus en plus recherchés dans le secteur privé, les ministères, les municipalités et les institutions financières. Le recrutement est toutefois difficile, car ces métiers demeurent peu connus.

Mis à jour le 28 oct. 2013
Marie Lambert-Chan LA PRESSE

Les évaluateurs agréés aident entre autres à établir le prix de vente de votre maison, sont à l'origine de vos taxes foncières et vous assistent pour régler les aspects immobiliers d'une succession. Peu connue du grand public, cette profession consiste à donner une opinion objective sur la valeur d'un bien ou d'un droit immobilier dans tous les secteurs d'activité. Tout aussi méconnus sont ceux qui les appuient dans cette tâche: les techniciens en évaluation.

«Notre manque de notoriété vient peut-être du fait que nous jouons un rôle d'intermédiaire entre la population et d'autres acteurs, comme le gouvernement, les municipalités et les banques», avance Céline Viau, secrétaire générale de l'Ordre des évaluateurs agréés du Québec (OEAQ). Les évaluateurs se font également discrets, car peu nombreux. Depuis près de 20 ans, on en compte environ 1000 au Québec.

Grave pénurie

Tout cela complique le recrutement. «Le besoin de relève est criant, affirme Richard Côté, président de l'OEAQ. Certaines entreprises affichent des postes pour la troisième fois.» Les techniciens ne sont pas en reste, ajoute-t-il, particulièrement ceux qui se spécialisent dans les immeubles non résidentiels.

Les évaluateurs agréés manquent à l'appel dans les municipalités, où ils sont responsables du rôle d'évaluation foncière. «On aborde peu la fiscalité municipale au cours de notre formation universitaire, ce qui n'aide pas à faire connaître cette branche de l'évaluation à la relève», remarque Marie-Hélène Cadrin, présidente de l'Association des évaluateurs municipaux du Québec.

La pénurie est d'autant plus importante que les besoins en évaluation n'ont jamais été aussi importants, tant au public qu'au privé. Et même à l'international! «Nos évaluateurs se rendent de plus en plus à l'étranger pour aider des pays émergents à implanter un système d'évaluation municipal semblable au nôtre», illustre Céline Viau.

L'industrie en chiffres

1026

Nombre d'évaluateurs agréés au Québec

52%

Pourcentage d'évaluateurs agréés travaillant dans des firmes privées

23%

Pourcentage de femmes portant le titre d'évaluateur agréé

360

Nombre d'évaluateurs agréés exerçant à Montréal

3

Nombre d'évaluateurs agréés exerçant dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

1500

Nombre d'experts en évaluation d'entreprises au Canada

325

Nombre de membres de l'Association des évaluateurs municipaux du Québec

Sources: Ordre des évaluateurs agréés du Québec, Association des évaluateurs municipaux du Québec, Institut canadien des experts en évaluation d'entreprises.