Personne ne peut nier que 2009 fut une année très difficile pour un grand nombre d'entreprises et pour leurs employés. Nous avons connu la pire récession depuis des décennies et, comme chacun sait, les augmentations salariales n'ont jamais été aussi basses depuis des années. Un grand nombre de travailleurs se verront privés de bonis cette année ou, s'ils en reçoivent un, celui-ci sera à tout le moins inférieur à ceux des années précédentes.

Jérôme Côté, collaboration spéciale LA PRESSE

Dans la plupart des entreprises, la nouvelle norme est aux restrictions budgétaires, pendant qu'en même temps, on pousse chacun à en faire plus avec moins et on cherche à stimuler la rentabilité.

Voici venu le temps où la plupart des entreprises distribuent des bonis à leurs employés. C'est également le moment de l'année où les gestionnaires se font porteurs de très bonnes ou de très mauvaises nouvelles pour leurs employés. Transmettre de bonnes nouvelles est chose facile, mais en donner des décevantes est en revanche loin de l'être.

De nombreux gestionnaires s'inquiètent à l'idée que leurs meilleurs employés fassent leurs bagages pour partir à la recherche de pâturages plus verdoyants, s'ils reçoivent des bonis moins élevés que ce qu'ils pensent mériter.

Les gestionnaires devraient toutefois être conscients du fait que leurs employés de grand talent risquent de les laisser tomber une fois la reprise amorcée, mais pas nécessairement pour des raisons pécuniaires. La recherche de Hay Group révèle que la rémunération ne fait même pas partie des cinq principales raisons pour lesquelles les employés pourraient répondre aux appels des recruteurs et explorer leurs options professionnelles. Les principales raisons sont plutôt le besoin d'accomplir un travail intéressant, la capacité d'utiliser leurs compétences et leurs habiletés, les possibilités d'avancement et la recherche d'une orientation organisationnelle clairement définie.

Il est facile de comprendre que nombre d'employés aient l'impression d'être «passés dans le tordeur» cette année. Cette situation constitue un défi pour les gestionnaires, étant donné que le maintien de l'engagement des employés revêt une importance toute particulière aujourd'hui. Plus que jamais, tant les employés que les gestionnaires doivent déployer des efforts supplémentaires, même si l'énergie n'y est pas.

Voici quelques conseils pratiques que les gestionnaires peuvent suivre pour améliorer l'engagement des employés:

> Aider les employés à comprendre que leur paie est beaucoup plus qu'une augmentation de salaire et qu'un boni; la rémunération globale inclut également la reconnaissance, la possibilité d'effectuer un travail stimulant et les perspectives de carrière;

> Rechercher ce qui stimule réellement l'engagement et la motivation des employés; souvent, il ne s'agit même pas d'une question d'argent: différentes personnes vont apprécier différents types de rémunération;

> Communiquer de façon claire le lien entre le rendement et la rémunération, expliquer en détail les raisons justifiant la rémunération et le montant qui y est associé;

> Se servir de la rétroaction comme un cadeau et s'assurer qu'elle est constructive et régulière.

Jérôme Côté, CRHA, est chef de pratique, Rémunération chez Hay Group.