Source ID:; App Source:

Couche-Tard: Alain Bouchard plus présent au Québec

La diminution du nombre des déplacements d'Alain Bouchard, grand... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La diminution du nombre des déplacements d'Alain Bouchard, grand patron de Couche-Tard, s'accompagnera d'une présence publique accrue au Québec. Après avoir refusé la plupart des offres depuis quelques années, il prononcera en 2014 plusieurs conférences.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Annie Bourque, , Maxime Bergeron
La Presse Canadienne

Moins de voyages dans les filiales étrangères, plus d'engagements au Québec: Alain Bouchard changera quelque peu ses façons de faire en 2014. Mais à bientôt 65 ans, le grand patron de Couche-Tard (T.ATD.B) n'entend pas quitter la direction de l'entreprise de sitôt.

«Je pense à changer mon rôle bientôt: cela signifie moins de voyages, a confié M. Bouchard la semaine dernière, en marge d'une conférence qu'il prononçait à Laval. Je passe 70% de mon temps en Europe, aux États-Unis, au Canada, partout.»

Pendant l'entretien, le fondateur de la chaîne de 12 680 dépanneurs a rappelé qu'il aura 65 ans à la mi-février. «Il va être temps que je laisse les plus jeunes prendre davantage de responsabilités. Je serai moins présent dans les divisions.»

Il faut dire que les «divisions» de Couche-Tard - soit les nombreuses unités d'affaires du groupe réparties sur trois continents - se sont multipliées à une vitesse fulgurante ces dernières années, au fil des acquisitions. Le rachat de la chaîne norvégienne Statoil Fuel & Retail (SFR) en 2012, par exemple, a ajouté d'un coup 2300 magasins situés dans huit pays européens.

Alain Bouchard, qui a fondé Couche-Tard en 1980, se fait un devoir de visiter un maximum de dépanneurs avant de réaliser une acquisition. Il a ainsi «personnellement» visité plus de 200 magasins avant le rachat de SFR, a-t-il déjà déclaré au journal Les Affaires.

Présence publique accrue

Au bureau de M. Bouchard, à Laval, on a précisé hier que le dirigeant ne se déplacera plus «systématiquement» pour chaque dossier stratégique à l'étranger. Il fait confiance à ses «solides équipes» en place.

Le rôle d'Alain Bouchard dans la gestion de Couche-Tard est toutefois inchangé. Il demeure président et chef de la direction du groupe et sera toujours aussi impliqué dans les décisions stratégiques, souligne-t-on. Il continuera en outre à «voyager beaucoup» dans les différentes unités du groupe, mais à un rythme un peu moins effréné.

La diminution du nombre de ses déplacements s'accompagnera d'une présence publique accrue au Québec. Après avoir refusé la plupart des offres depuis quelques années, Alain Bouchard prononcera en 2014 plusieurs conférences, a-t-on précisé. Il s'est ainsi adressé à la Chambre de commerce et d'industrie de Laval, la semaine dernière, et il fera de même à Montréal en mai.

L'homme d'affaires pourra aussi consacrer plus de temps à d'autres activités au Québec, comme sa présence au conseil d'administration du groupe informatique CGI, annoncée le printemps dernier.

Pendant l'entretien à Laval la semaine dernière, M. Bouchard a par ailleurs réfuté un article selon lequel il cèderait l'entreprise à ses enfants. «Je ne sais pas d'où vient cette rumeur. Ma fille Karine, trésorière, travaille depuis un peu plus d'un an pour Couche-Tard. Je vais laisser mes actions à la famille, mais c'est au conseil d'administration de décider qui va me remplacer. Si Karine a des ambitions dans ce sens-là, on verra.»

Il n'y a pas que l'argent

En 2012, selon le magazine Forbes, la rémunération M. Bouchard s'est élevée à 7,2 millions de dollars. Le Québécois a aussi rejoint récemment le club sélect des milliardaires, avec une valeur nette dépassant le milliard de dollars.

Il admet que l'argent n'est pas sa motivation première. «Ce qui me motive, c'est de voir mes gens heureux dans les différentes divisions. En échangeant avec eux, je vois leur flamme et j'adore cela.»

Avec des revenus de 35,5 milliards et des profits frôlant les 600 millions pendant son exercice 2013, Couche-Tard fait la joie des investisseurs.

Le titre de l'entreprise a progressé de 66,6% depuis un an à la Bourse de Toronto, pour clôturer hier à 81,60$.

----------------

Couche-Tard dans le monde*

6207

Dépanneurs en Amérique du Nord, principalement exploités sous les marques Circle K, Mac's et Couche-Tard.

2276

Nombre de magasins Statoil Fuel&Retail en Europe, répartis entre la Scandinavie, les pays baltes et la Russie.

4200

Magasins Circle K exploités sous licence dans 10 pays: Chine, Guam, Honduras, Hong Kong, Indonésie, Japon, Macao, Mexique, Viêtnam et Émirats arabes unis.

Plus de 78 500

Employés dans le monde.

* Données au 13 octobre 2013




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer