Le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) a indiqué vendredi qu'il allait étendre son réseau de fournisseurs à l'Éthiopie, après avoir concentré 80% de sa production en Asie.

Publié le 16 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous sommes une entreprise vaste et nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiels pour garantir que nous avons la capacité de livrer les produits dans tous les magasins», a expliqué à l'AFP une porte-parole, Camilla Emilsson-Falk.

«Nous faisons cela en augmentant la productivité sur les marchés de fabrication existants ainsi qu'en recherchant de nouveaux marchés», a-t-elle ajouté.

Des commandes-tests ont été passées auprès de fournisseurs éthiopiens, qui doivent bâtir des usines d'ici la fin de l'année. Mais H&M ne sait pas encore combien de ces fournisseurs seront retenus et quand ces usines seront prêtes.

L'Éthiopie a une longue tradition dans le textile, le cuir et la chaussure depuis l'invasion italienne en 1935. D'autres groupes comme l'enseigne britannique Tesco ou le fabricant de chaussures chinois Huaijan (qui fournit les marques Guess et Tommy Hilfiger) s'y fournissent déjà.

Le pays, malgré une croissance annuelle moyenne de 10% depuis 2004 selon la Banque mondiale, reste l'un des plus pauvres du monde. Et un an après la mort du premier ministre Meles Zenawi, son exécutif est toujours sous le feu des critiques des défenseurs des droits de l'homme.

En septembre 2012, l'Éthiopie avait libéré, au bout de 14 mois derrière les barreaux, deux journalistes suédois condamnés à 11 ans de prison pour «soutien au terrorisme».

«Nous avons fait une analyse des risques poussée pour l'Éthiopie, en nous penchant sur les questions de droits de l'homme et d'environnement», a souligné la porte-parole de H&M.

En Afrique, seuls l'Égypte et le Maroc ont des boutiques H&M. L'enseigne n'a pas projetté de s'installer ailleurs.