Le ministre des Finances, Jim Flaherty, aurait entouré le 22 mars sur son calendrier pour déposer son prochain budget qui pourrait provoquer la chute du gouvernement Harper à la Chambre des communes et des élections générales au printemps.

Mis à jour le 16 févr. 2011
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

C'est du moins ce qu'a soutenu hier le premier ministre du Nouveau-Brunswick, le conservateur David Alward, de passage dans la capitale fédérale afin de rencontrer le premier ministre Stephen Harper et certains membres de son cabinet.

M. Flaherty n'a toujours pas confirmé la date du prochain budget, se contentant de dire qu'il sera déposé en mars, sans plus de précision. La date du 22 mars circule toutefois depuis un certain temps dans les coulisses à Ottawa.

Or, M. Alward semble avoir vendu la mèche durant un petit-déjeuner informel au chic Château Laurier en matinée en disant que son gouvernement déposera son budget le même jour que le ministre Flaherty, soit le 22 mars.

Au bureau du ministre, le directeur des communications, Chisholm Pothier, a refusé de commenter. « Le ministre annonce la date du budget. Il ne l'a pas encore annoncé «, s'est-il borné à dire.

Minoritaire aux Communes, le gouvernement Harper a besoin de l'appui d'au moins un parti de l'opposition pour faire adopter son budget et se maintenir au pouvoir. Le vote sur le budget est un vote de confiance. Or, les trois partis de l'opposition menacent de voter contre le budget s'ils n'obtiennent pas des concessions importantes des conservateurs. Les libéraux réclament par exemple l'annulation des baisses d'impôts accordées aux entreprises, ce que refuse le gouvernement Harper.

Si le gouvernement est défait sur un budget présenté à la fin mars, le scrutin aurait lieu le 2 mai au plus tôt.