Source ID:; App Source:

Le constructeur automobile Tesla va rester en Bourse

Le PDG de Tesla, Elon Musk, avait surpris tout... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le PDG de Tesla, Elon Musk, avait surpris tout le monde, le 7 août, en annonçant sur Twitter qu'il voulait retirer le fabricant de voitures électriques de luxe de la Bourse au prix de 420 dollars le titre.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Trois semaines après avoir stupéfait les marchés en voulant retirer Tesla de la cote, Elon Musk, le bouillant patron du constructeur de voitures électriques américain, a effectué un revirement spectaculaire en annonçant qu'il maintenait son groupe en Bourse.

Dans la nuit de vendredi à samedi, Elon Musk a déclaré sur un blogue qu'il abandonnait l'idée de retirer son groupe de la cote et qu'il avait fait savoir à l'équipe dirigeante « que la voie la meilleure pour Tesla était de demeurer en Bourse ».

« La direction a donné son accord », a-t-il écrit sur le blogue de la compagnie.

Le milliardaire très médiatique avait surpris tout le monde, le 7 août, en annonçant sur Twitter qu'il voulait retirer le fabricant de voitures électriques de luxe de la Bourse au prix de 420 dollars le titre.

Cette opération qui valorisait Tesla à plus de 71 milliards de dollars, aurait requis au moins 50 milliards de dollars de financements si Elon Musk gardait sa participation de 20 %.

Mais depuis l'annonce, l'action a chuté de plus de 20 %. Alors que le titre frôlait les 380 dollars le 7 août, il est descendu vendredi à 322,82 dollars.

Vendredi, Elon Musk a admis que, sur la base de discussions avec les actionnaires actuels, ainsi que d'expertises financières des banques Goldman Sachs et Morgan Stanley et du fonds d'investissement Silver Lake, il paraissait « évident que la plupart des actionnaires pensent qu'il est préférable que nous restions une société cotée » en Bourse.

Même si la majorité des actionnaires « ont affirmé qu'ils resteraient avec Tesla si nous sortions de la Bourse, le sentiment, en un mot, était «s'il vous plaît, ne faites pas ça» », a-t-il écrit.

Dans un communiqué samedi, un Comité spécial du groupe - une émanation de son Conseil d'administration, qui avait été chargée d'étudier la faisabilité du retrait de la Bourse proposé par Elon Musk - a pris acte de ce revirement. Il a prononcé sa propre dissolution et a continué à accorder sa confiance au fondateur du groupe californien.

« Au cours des dernières semaines, nous avons mis en place un processus dirigé par un comité spécial du Conseil pour évaluer une proposition d'Elon de reprendre Tesla en privé », dit ce Comité.

« Elon a informé le conseil qu'après avoir considéré tous les facteurs, il pensait que la meilleure voie était de ne plus poursuivre cette transaction », ajoutent ces membres du conseil d'administration qui ont dissous en conséquence leur instance spéciale.

Musk confirmé à la direction

« Le conseil et l'ensemble de la société restent concentrés sur la réussite opérationnelle de Tesla, et nous soutenons pleinement Elon pour continuer à diriger l'entreprise », concluent-ils, alors que la position du patron emblématique de Tesla avait été fragilisée ces dernières semaines.

Le PDG de 47 ans était notamment apparu épuisé dans un entretien au New York Times la semaine dernière, confiant « entre rires et larmes » traverser « l'année la plus douloureuse de sa carrière », au rythme de « 120 heures de travail par semaine » et au prix de somnifères puissants.

Les déclarations et propositions de M. Musk autour de ce projet de ne plus coter Tesla, ont fait l'objet d'un décryptage minutieux. Notamment quand il a affirmé que le financement nécessaire pour une sortie de la Bourse était « assuré ».

Cette démarche inopinée, motivée par le désir d'échapper à la pression des obligations trimestrielles d'un groupe en Bourse, a suscité une enquête de la SEC, le gendarme boursier.

Des financiers ont aussi porté plainte, accusant Elon Musk et Tesla d'avoir gonflé « artificiellement » le cours de l'action.

Pour Tesla, qui fait encore des pertes colossales, mais promet de gros bénéfices sur le long terme, se poser la question de la façon de satisfaire le marché boursier à chaque trimestre reste un casse-tête.

Le constructeur de Palo Alto n'a jamais dégagé de bénéfice sur une année entière en quinze ans d'existence et brûle presque un milliard de dollars par trimestre en investissements et fonctionnement.

Il doit relever le défi de son dernier-né, la berline Model 3, censée transformer Tesla en une marque automobile de masse et dont les retards de production ont été un boulet boursier.

Dans son blogue, le patron visionnaire ne semble pas totalement abandonner l'idée d'être un jour indépendant de la Bourse.

« Cela dit », écrit-il à la fin de son revirement, « ma conviction qu'il existe plus que suffisamment de financements pour remettre Tesla dans le privé a été renforcée » pendant cet épisode.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer