Source ID:; App Source:

La survie de Volkswagen ne serait pas en danger

La survie de Volkswagen et sa capacité à investir pour l'avenir ne sont pas... (PHOTO LARRY DOWNING, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO LARRY DOWNING, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BERLIN

La survie de Volkswagen et sa capacité à investir pour l'avenir ne sont pas menacées par les scandales de trucage qui secouent le géant automobile allemand, a assuré vendredi un membre influent du conseil de surveillance.

« Heureusement, la substance économique du groupe est très solide, et je suis optimiste », a déclaré au journal Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) Stephan Weil, chef du gouvernement de l'État régional allemand de Basse-Saxe, actionnaire de Volkswagen.

Il a estimé qu'il y avait au sein des instances dirigeantes du groupe « un consensus » sur la nécessité de continuer à investir dans des projets d'avenir, en dépit des charges financières potentiellement énormes entraînées par le scandale des moteurs truqués et celui des niveaux de CO2 falsifiés.

Volkswagen a installé un logiciel truqueur sur les moteurs diesel de 11 millions de voitures, pour fausser les résultats des tests antipollution, et menti sur le niveau d'émission de C02 de 800 000 autres. Il lui en coûtera des milliards d'euros en rappel, en pénalités et dédommagements divers.

Mais « le pire que Volkswagen pourrait faire maintenant serait de remettre en cause sa compétitivité en faisant des économies à outrance », a déclaré M. Weil.

Il s'est insurgé contre l'interprétation privilégiée par les médias et nombre d'observateurs des raisons profondes du scandale, à savoir une culture d'entreprise autoritaire qui aurait été le seul fait de l'ex-patron Martin Winterkorn et de son mentor, l'ex-président du conseil de surveillance Ferdinand Piëch.

« Je me refuse à dire: ''c'est le résultat de l'ère Piëch/Winterkorn'' », a dit l'homme politique, « la constitution d'une culture d'organisation est un processus beaucoup trop complexe pour pouvoir le réduire à deux personnalités ».

Maintenant « la question la plus difficile est, comment arrivons-nous à transformer la culture de Volkswagen, qui est inacceptable, en une bonne culture d'entreprise. Cela ne se fera pas en deux ou trois ateliers », a-t-il concédé.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer