Le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) et le constructeur automobile Chrysler seraient sur le point d'en arriver à une entente sur des concessions salariales, selon le site du Globe and Mail.

Mis à jour le 23 avr. 2009
André Simard
André Simard LA PRESSE

Une source proche du dossier affirme qu'il ne manque qu'un ou deux dollars pour en arriver aux concessions de 19 dollars l'heure, nécessaires pour que Chrysler réponde aux exigences des gouvernements fédéral et de l'Ontario.

Les concessions en question visent à ramener le coût horaire du travail de 76 à 57 dollars l'heure.

Le constructeur a proposé d'éliminer certains bénéfices, dont la couverture médicale à l'étranger pour les employés actuels et retraités, l'assurance-vie et les services de soutien à la famille.

Les TCA se sont opposés à ces demandes patronales et ont affirmé au constructeur qu'ils ne lui accorderaient que ce qu'ils avaient déjà accordé à General Motors du Canada, soit 7 $ l'heure, une semaine de vacances en moins, un gel prolongé des salaires et l'abandon des bonis.

Chrysler avait alors menacé de devoir fermé trois usines en Ontario.

Si Chrysler n'obtient pas ces concessions, les gouvernements fédéral et de l'Ontario pourraient lui refuser tout soutien additionnel.

Les deux paliers de gouvernement ont déjà accordé 750 millions de dollars d'un prêt d'un milliard à Chrysler.

D'après le Globe and Mail