Source ID:; App Source:

Des réductions de 30$ l'heure chez Chrysler?

 ... (Photo: Reuters)

Agrandir

 

Photo: Reuters

La Presse Canadienne
Toronto

Le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) pourrait devoir consentir à Chrysler une réduction des coûts de la main-d'oeuvre de pas moins de 30$ l'heure, si le géant de l'automobile en difficulté doit satisfaire les conditions imposées par son éventuel partenaire, le constructeur italien Fiat, a indiqué mercredi un analyste de l'industrie.

Les coûts totaux moyens de la main-d'oeuvre des usines canadiennes de montage exploitées par les constructeurs japonais est de 47$ l'heure, comparativement aux 76,14$ l'heure que Chrysler dit payer en matière de salaires, bénéfices et rentes de retraite, a dit Tony Faria, codirecteur du centre de recherche sur l'automobile de l'Université de Windsor, en Ontario.

Cela signifie que les TCA, qui représentent la plupart des employés canadiens de Chrysler, ont un bon bout de chemin à faire pour satisfaire le constructeur de Detroit, si ce dernier veut que ses frais de main-d'oeuvre soient en phase avec ceux des entreprises japonaises, a affirmé M. Faria.

L'analyste a tenu ces propos à la suite de la publication d'informations selon lesquelles le chef de la direction de Fiat, Sergio Marchionne, renoncerait à un éventuel partenariat avec Chrysler si les TCA, au Canada, et le Syndicat international des travailleurs unis de l'automobile (TUA), aux États-Unis, ne sont pas prêts à faire davantage de concessions.

«Absolument, nous sommes prêts à passer notre tour. Cela ne fait aucun doute», a déclaré M. Marchionne au quotidien torontois The Globe and Mail. «Nous ne pouvons pas nous engager auprès de cette organisation à moins de voir la lumière au bout du tunnel.»

M. Marchionne a évalué à seulement 50% les chances qu'une entente soit conclue en raison de l'absence de progrès dans le cadre des négociations de travail.

«D'après ce que je constate de loin, les TCA pourraient avoir adopté une position plus ferme», a-t-il affirmé depuis le siège social de Fiat, à Turin.

Chrysler Canada et les TCA n'ont pas été en mesure de s'entendre au sujet de concessions en dépit des négociations menées par intermittence depuis des semaines, à Toronto, et de l'énorme pression exercée sur les deux parties pour qu'elles parviennent à un accord. Une telle entente permettrait au constructeur de recevoir des milliards de dollars d'aide des gouvernements canadien et américain.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Fiat menace de laisser tomber Chrysler

    Automobile

    Fiat menace de laisser tomber Chrysler

    Le patron de Fiat a mis la pression mercredi sur les syndicats de Chrysler aux États-Unis et au Canada dans un entretien au journal Globe and Mail,... »

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer