Pour mettre fin à la guerre du sirop d'érable

La Fédération des producteurs acéricoles du Québec propose... (PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

La Fédération des producteurs acéricoles du Québec propose que les sirops d'érable qui se distinguent aient droit à une appellation d'origine contrôlée et à des pastilles de goût.

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Hélène Baril

Critiquée pour le contrôle qu'elle exerce sur les ventes de sirop d'érable, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec propose des mesures pour en hausser les ventes et mettre fin aux «chicanes à la cabane».

Dans un mémoire soumis dans le cadre de l'étude commandée par le gouvernement et obtenue par La Presse, la Fédération propose que les sirops d'érable qui se distinguent aient droit à une appellation d'origine contrôlée et à des pastilles de goût, comme celles de vins de la SAQ.

Ces produits certifiés seraient vendus dans les épiceries fines, avec l'aide de la Fédération, dans un projet-pilote destiné à valoriser la production.

La Fédération reconnaît ainsi que tous les sirops d'érable ne sont pas identiques et que certains producteurs peuvent être frustrés que leur produit élaboré avec beaucoup de soin soit vendu au même prix et finisse dans le même entrepôt qu'un sirop de moindre qualité.

L'existence de l'entrepôt lui-même, et des frais qui sont prélevés auprès des producteurs pour en assurer le fonctionnement ne sont pas remis en question par le syndicat des producteurs.

La Réserve stratégique mondiale, comme on l'appelle, joue un rôle crucial dans le maintien des prix et d'une offre constante, selon le syndicat, ce qui est important pour percer sur les marchés d'exportation.

Ce rôle de stabilisation est appelé à prendre de l'importance avec les changements climatiques, lit-on dans le document, qui assure aussi que la position du Québec comme premier producteur nord-américain n'est pas menacée, malgré l'augmentation de la production américaine.

Un contrôle contesté

La Fédération prélève 12 cents par livre de sirop produit pour financer ses activités de recherche-développement et de commercialisation. Les producteurs qui vendent eux-mêmes leur production chez eux en contenant de moins de cinq litres sont exemptés de ce prélèvement. Ceux qui veulent exporter doivent obligatoirement passer par la Fédération.

Les producteurs qui contestent le contrôle de la Fédération sur les ventes de sirop veulent pouvoir vendre leur production eux-mêmes et être payés tout de suite, plutôt que de la vendre à la Fédération qui les paie par versements échelonnés sur un an.

Le mémoire du syndicat ne propose pas de changer cette formule, mais il suggère de rendre les producteurs de sirop d'érable admissibles à des programmes comme Agri-Risques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada pour améliorer le financement de la réserve stratégique.

Invité à commenter la nouvelle, le directeur général de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, Simon Trépanier, estime que les propositions contenues dans le mémoire sont de nature à répondre aux critiques qui ont été formulées à l'encontre du plan commun de commercialisation mis sur pied il y a 15 ans. «Le taux de satisfaction à l'égard de notre travail est de 75%», souligne-t-il.

La fin des saisies?

Est-ce que ça signifie la fin des saisies de sirop et de la contestation qui agite périodiquement le milieu des producteurs de sirop d'érable? Probablement pas, reconnaît Simon Trépanier.

«Malheureusement, il y aura toujours des gens qui veulent profiter des avantages que leur donne le travail de la Fédération sans en payer le prix», dit-il.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer