(New York) Ce n’est pas d’hier qu’on entend dire que les articles les plus populaires sont pratiquement impossibles à trouver pendant la période des Fêtes.

Publié le 8 déc. 2021
Anne D'Innocenzio Associated Press

Mais cette année, l’impact de la pandémie sur la chaîne d’approvisionnement cause des pénuries sans précédent dans de multiples catégories, des micropuces nécessaires à la fabrication des consoles de jeu aux cravates et aux pyjamas.

Certains consommateurs ont procédé à leurs achats plus tôt que d’habitude, puisqu’on prévoit que la situation ne fera que s’aggraver à l’approche de Noël.

Lors du Cyber Lundi, la journée d’achats en ligne la plus folle de toute l’année, la prévalence de messages’rupture de stock’a bondi de 8 % par rapport à la semaine précédente, selon l’index Adobe Digital Economy. Entre le 1er et le 29 novembre, le nombre de messages ’rupture de stock’ a pratiquement doublé par rapport à janvier 2020 (avant la pandémie) et a explosé de 258 % comparativement à novembre 2019, a dit Adobe.

Certains détaillants ont déployé des outils en ligne qui suggèrent des alternatives aux consommateurs si le produit de leur choix n’est plus disponible. D’autres proposent de courts questionnaires pour aider les consommateurs à se décider.

Mais aucune alternative n’est acceptable ou possible dans certains cas, comme pour les jouets les plus en demande. Certains consommateurs découragés se tournent vers eBay, quitte à payer plusieurs fois le prix au détail suggéré. Des experts s’attendent aussi à une recrudescence de la popularité des cartes-cadeaux.

Les enjeux sont immenses pour les détaillants. Si les consommateurs ne trouvent pas ce qu’ils veulent dans un magasin, ils pourront se tourner vers son rival ou tout simplement ne rien acheter du tout. Cela pourrait freiner les ventes des Fêtes, qui devraient être en hausse de 8,5 % à 10,5 % en novembre-décembre par rapport à la même période l’an dernier, selon le plus important regroupement de détaillants des États-Unis, la National Retail Federation.

Des experts expliquent que la pandémie a enseigné aux consommateurs à essayer de nouvelles marques et de nouveaux produits quand leur premier choix n’était pas disponible. C’est notamment ce qui s’est produit lors de la pénurie de papier de toilette, quand certains ont été contraints de renoncer à leur marque habituelle.

La situation s’est compliquée encore davantage quand les consommateurs ont repris les commerces d’assaut. Détaillants et manufacturiers ont été pris de court, notamment quand ils ont aussi dû composer avec une pénurie de conteneurs, avec un goulot d’étranglement dans les ports et avec une pénurie de travailleurs pour décharger les marchandises.

La pénurie mondiale de puces informatiques a allongé la liste des gadgets électroniques difficiles à trouver. Plusieurs analystes croient que les problèmes d’approvisionnement perdureront au moins jusqu’à l’an prochain.

Les petits détaillants peinent à se ravitailler encore plus que les grands. Lors d’un sondage mené par la National Federation of Independent Businesses, qui représente les PME américaines, 39 % des participants ont rapporté que des problèmes d’approvisionnement avaient eu un impact important sur leurs affaires. La moitié des participants ont témoigné d’un impact modéré ou modeste, et 10 % d’aucun impact.

L’éditeur du site de jouets TTPM, Jim Silver, dit qu’il conseille habituellement aux consommateurs à la recherche d’un jouet particulièrement prisé de se présenter chez le détaillant le vendredi soir, quand les livraisons arrivent en vue de la fin de semaine. Ce conseil ne s’applique pas cette année, tant les livraisons sont imprévisibles.

Il suggère plutôt aux consommateurs de fouiller en ligne pour voir qui a ce qu’ils cherchent. Il conseille aussi de chercher des produits fabriqués au pays.

« Il va y avoir de meilleurs stocks des produits qui sont faits ici », a dit M. Silver.