(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau s’entretiendra avec tous les chefs de l’opposition à l’approche du prochain budget fédéral.

Catherine Lévesque
La Presse Canadienne

Lundi, il a eu des conversations avec le chef conservateur Erin O’Toole et le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet pour discuter de leurs priorités budgétaires. Mardi, il complétera sa ronde d’appels en parlant au chef néo-démocrate Jagmeet Singh et à la cheffe du Parti vert Annamie Paul.

Les comptes-rendus des bureaux de MM. Trudeau et O’Toole ont fait état de discussions au sujet de la pandémie et du budget à venir, mais les deux hommes n’ont pas manqué de se lancer quelques flèches.

« M. O’Toole a réitéré sa conviction que la troisième vague de la pandémie aurait pu être atténuée si le Canada avait obtenu des vaccins contre la COVID-19 plus tôt », peut-on lire dans la version diffusée par le bureau du chef conservateur.

« M. O’Toole a également réaffirmé que ce n’était pas le moment d’augmenter les impôts des Canadiens, le premier ministre ne s’étant pas engagé à ce que son budget réduise les impôts des familles », y ajoute-t-on.

Du côté de M. Trudeau, on n’a pas lésiné sur les pièces législatives qui divisent les conservateurs.

« Le premier ministre a […] incité M. O’Toole à appuyer l’adoption de mesures législatives visant la carboneutralité d’ici 2050, l’interdiction de la thérapie de conversion et la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones », peut-on lire dans le compte-rendu.

M. Trudeau a de plus fait allusion au projet de loi d’une députée conservatrice pour l’interdiction des avortements sexo-sélectifs, en réitérant qu’il défend « sans équivoque le libre choix des femmes et s’est dit préoccupé de tout effort législatif pouvant miner ces droits ».

Plus tôt en journée, M. O’Toole avait mis les libéraux et les néo-démocrates, qui tenaient tous deux leurs congrès politiques la fin de semaine dernière, dans le même panier.

« Le choix devient plus clair », a déclaré le chef conservateur lors d’une conférence de presse avant de se lancer dans une attaque digne d’une campagne électorale.

« Si vous vous souciez des concepts à la mode ou si vous voulez réimaginer notre économie, vous avez le choix entre deux partis. Si les emplois sont importants pour vous et si vous voulez remettre l’économie canadienne sur les rails, il y a seulement un choix : les conservateurs », a-t-il dit.

La rencontre entre M. Trudeau et M. Blanchet a semblé être moins animée, selon le compte-rendu publié par le bureau du premier ministre.

Les deux hommes ont fait le point sur la pandémie et le chef bloquiste a discuté de ses priorités budgétaires. Le premier ministre a réitéré que « l’économie et l’environnement vont de pair, et que la création d’emplois demeure une priorité pour le gouvernement ».

Le Bloc québécois demande, entre autres, une augmentation des transferts en santé, plus d’aide pour les aînés et une relance économique verte.

Réunis en congrès, les militants libéraux ont adopté une résolution exigeant que l’augmentation des prestations de la sécurité de vieillesse soit appliquée dès l’âge de 70 ans, plutôt qu’à 75 ans. Les bloquistes réclament depuis des mois que cette augmentation soit donnée aux aînés de 65 ans et plus.

« Il leur reste un petit pas à faire pour rejoindre notre position ! » a réagi le porte-parole bloquiste en matière de finances, Gabriel Ste-Marie, en entrevue avec La Presse Canadienne.