Malgré une année compliquée par la fermeture des frontières et la pandémie, les investissements étrangers dans la métropole ont atteint 2,2 milliards de dollars en 2020, entraînant la création de plus de 8000 emplois, selon Montréal International.

Antoine Trussart Antoine Trussart
La Presse

« Le Grand Montréal a réussi à maintenir son niveau d’attractivité économique sur la scène internationale » malgré la pandémie, se félicite Jean Laurin, président du conseil de Montréal International (MI), lors d’une conférence de presse lundi midi.

Lors du dévoilement de ses résultats, l’organisme a annoncé avoir accompagné 90 projets, soit un de plus que l’année précédente, qui ont représenté des investissements de 2,2 milliards de dollars, en baisse de 15 % par rapport à 2019.

Stéphane Paquet, PDG de MI, estime qu’il s’agit d’une « performance remarquable », lorsqu’on la compare aux prévisions de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, qui estimait que les investissements étrangers connaitraient une baisse de 35 % en 2020, peut-on lire dans le communiqué de MI.

Montréal International table sur une reprise mondiale de la croissance pour 2021. Se basant sur des chiffres du Conference Board du Canada, un groupe de réflexion, MI prévoit une croissance du PIB de la métropole de 5,43 %, soit le chiffre le plus élevé parmi les grandes villes canadiennes.

« On a 150 dossiers qu’on pourrait qualifier de très actifs » dans le pipeline de projets, a commenté Stéphane Paquet en conférence de presse lundi. « Il reste beaucoup d’incertitudes, mais on est confiants », a-t-il ajouté.

Les 90 projets accompagnés en 2020 ont mené à la création de plus de 8000 emplois à un salaire moyen de près de 84 000 $, estime l’organisme.

Montréal International a également présidé, avec les gouvernements du Québec et du Canada, à la création du Centre d’expertise internationale de Montréal pour l’avancement de l’intelligence artificielle (CEIMIA), qui doit travailler « au développement responsable d’une IA fondée sur les principes essentiels d’éthique, de droits de la personne, d’inclusion, de diversité, d’innovation et de croissance économique », selon le communiqué de MI.

Les restrictions de voyage ont affecté davantage les missions de recrutement à l’étranger de MI alors que ses efforts ont mené à l’embauche de 772 travailleurs qualifiés, dont 237 infirmières et 189 enseignants, en baisse de 31 % par rapport à 2019.

Pour compenser l’impossibilité de rencontres en personne, Montréal International a également mis sur pied le site web talentmontreal.com qui vise à informer les travailleurs qualifiés qui désirent s’installer dans la région métropolitaine.

L’organisme Montréal International est responsable de faire la promotion du Grand Montréal auprès d’entreprises et d’investisseurs étrangers, d’organisations internationales, de travailleurs qualifiés et d’étudiants internationaux. Il est financé par le secteur privé ainsi que les trois paliers de gouvernement.