(Washington) Le moral des dirigeants des petites entreprises s’est encore dégradé en janvier, tombant à son plus bas niveau depuis mai 2020, et la part de ceux espérant une amélioration de la conjoncture dans les 6 mois est au plus bas depuis novembre 2013, selon une étude publiée mardi.

Publié le 9 févr. 2021
Agence France-Presse

La Fédération nationale des entreprises indépendantes, qui représente la majorité des petites entreprises aux États-Unis, publie chaque mois une enquête mesurant le moral des entrepreneurs.

En janvier, l’indice mesurant le moral des dirigeants des petites entreprises a perdu 0,9 point pour s’établir à 95 points.

Plus inquiétant : la composante mesurant la part de ceux s’attendant à une amélioration a perdu 7 points comparé à décembre, s’enfonçant dans le rouge (-23 %).

Le pourcentage de propriétaires d’établissement s’attendant à une amélioration de la conjoncture économique a perdu 55 points au cours des quatre derniers mois, précise la fédération.

Après une reprise de l’activité au printemps et pendant l’été, la pandémie de COVID-19 est repartie de plus belle à l’automne, forçant de nombreuses petites entreprises à réduire leur activité.

À titre d’exemple, de nombreux restaurants ont été contraints de fermer leur service en salle. Des entreprises, qui avaient pu réembaucher au printemps, ont été contraintes de licencier pour la deuxième ou troisième fois.

« La COVID-19 continue de dicter comment les petites entreprises doivent opérer », a résumé William Dunkelberg, chef économiste de la fédération, cité dans le rapport.

« Au moment où le Congrès discute de l’adoption d’un nouveau plan de relance, les petits employeurs se félicitent de tout plan d’aide qui pourrait leur apporter un coup de pouce » face à un avenir incertain, a-t-il ajouté.